L'épopée de Merckx, contée par Théo Mathy

«Eddy Merckx, l'épopée », rédigé par Théo Mathy, est réédité dans une version illustrée. Nous vous en proposons plusieurs extraits.

Tous deux étaient originaires du même quartier de Woluwe-Saint-Pierre. Autant l'un était perfectionniste dans la préparation de ses vélos et les réglages de ses pédaliers, autant l'autre se voulait rigoureux et précis dans ses commentaires. Et leur heure de gloire, ils l'ont vécue de paire. Eddy Merckx sur son vélo et Théo Mathy derrière son poste de commentateur télé, quand toute la Belgique s'émerveillait devant les exploits du plus grand coureur cycliste de tous les temps.

De la première interview de Merckx, lorsqu'il était devenu champion de Belgique des débutants en 1962, à sa fin de carrière, en mars 1978, Théo Mathy a vécu tous ces grands moments. Il les avait retranscrits sur le vif il y a près de 25 ans dans un ouvrage intitulé «Eddy Merckx, l'épopée». Trois mois après le décès du journaliste et près de 38 ans après la première victoire de Merckx à Paris, l'ouvrage ressort aux Éditions Luc Pire.

«Avec Théo Mathy, nous avions ensemble décidé de donner une nouvelle vie à ce récit paru pour l'essentiel il y a une dizaine d'années dans un format classique, explique Luc Pire. Malheureusement, Théo n'a pu voir l'aboutissement de ce projet. La parution de ce livre est un hommage que nous voulions rendre à ce grand journaliste sportif. C'était sans doute celui qui connaissait le mieux Eddy Merckx, il a suivi ses courses au plus près et fut un intime de la famille.

Particularité de cette réédition, elle comporte de nombreuses illustrations, sélectionnées et légendées par Théo Mathy avant son décès. Le document, qui se dévore d'une traite, rappelle à quel point Théo Mathy faisait figure d'encyclopédie du sport cycliste. Rechignant à se placer au-devant de la scène, il avait tissé des liens d'amitié avec Merckx qui lui permettaient de mieux comprendre et expliquer ce qui faisait du «Cannibale» un coureur hors norme.

«Mon opinion sur Eddy Merckx n'a pratiquement pas changé, raconte Théo Mathy dans la préface. Par le palmarès, il est le plus grand de l'histoire. Et bien qu'il soit pratiquement impossible de comparer des époques différentes, je pense qu'il est aussi le plus grand par sa manière de courir et sa formidable persévérance dans la poursuite du succès.»

Nous vous proposons ci-contre quelques extraits de cette magnifique épopée.

«Eddy Merckx, l'épopée. Les Tours de France d'un champion unique», 162 pages, Éditions Luc Pire.

Nos dernières videos