PROVINCIALE 2C

André Frédéric l'avait bien prédit...

Jehanster-Franchimont : ce dimanche nous avons suivi le derby aux côtés d'André Frédéric et Philippe Boury. Un vrai match dans le match.

Figures emblématiques du monde politique theutois, André Frédéric et Philippe Boury apprécient également le ballon rond. Pour preuve le premier cité est président d'honneur du FC Jehanster depuis 2005, l'autre est président tout court du FC Franchimont depuis 2002.

Le premier acte, c'est avec André Frédéric que nous l'avons suivi. D'une réflexion à l'autre, il nous a régalés sur différents sujets. D'entrée, il annonce la couleur : «Je pense que le résultat du match sera opposé à celui enregistré aux élections communales de 2006. Franchimont peut donc s'attendre à une déculottée. Plus sérieusement, je pronostique 1-0.» Le ton est donné, lisez la suite «Au football, je n'y connais rien. J'ai certes joué en minimes au Panorama. mais j'étais tellement bon que j'étais sur le banc à tous les matches.» À propos des arbitres : «Quand je vois ce qu'ils entendent, je me demande comment on en trouve encore.»

15h11, André Frédéric rentre véritablement dans son match. «Allez les gars» ne cesse-t-il de crier tout en craignant le pire à tout moment : «On va finir par s'en prendre un. Franchimont a pris un léger ascendant.»

15h20, il reprend la parole. «On commence à équilibrer les échanges, c'est bon.» Dans la foulée, notre consultant nous annonce l'ouverture du score à chaque corner de son équipe.

15h30 : Il insiste : «Je pense que nous allons ouvrir la marque d'ici peu».

15h31 : Haugustaine propulse le ballon dans la lucarne d'Andrien. Jehanster mène 1-0. «Qu'est-ce que je disais», pavoise notre... connaisseur.

15h36 : Notre invité grille sa première... cigarette.

À chacun sa mi-temps

15h45 : C'est le repos, il est temps de céder le micro à Philippe Boury. «Rien à redire, c'est mérité. Franchimont n'est nulle part.»

15h50 : Sous le chapiteau monté pour la circonstance, nos deux invités savourent... un petit café. Le temps pour Georges Dormans de nous annoncer la présence de 320 spectateurs, Philippe Boury nous emmène derrière le but de Devigne loin de la foule : «Je viens ici pour attirer les ballons. Tu peux appeler ça de la superstition mais ça a souvent marché». La suite des débats est loin de confirmer cette tradition. Le bourgmestre a beau houspiller ses joueurs - «Allez les Verts nom d'un chien» - il doit le plus souvent recourir à un constat d'impuissance : «Je ne vois pas comment on pourrait inverser la donne - On ne s'en sortira pas - Rien de bon- On joue très mal...» Son Franchimont patauge.

Survient alors la lueur d'espoir quand Bollette obtient un penalty. «Au yeh» rageur succède une nouvelle désillusion «Bord..., on l'aura bu jusqu'à la lie». Bongama vient de manquer l'aubaine. Une dernière parenthèse pour nous apprendre qu'il a débuté sa carrière de footballeur à 30 ans. «Jusque-là, j'étais arbitre en P1. Je devais monter en nationale mais c'était trop astreignant. J'ai alors commencé en vétérans, en réserve ensuite et maintenant en P4. Bref, j'ai fait tout à l'envers.» Pilou, pour les intimes, conclut au coup de sifflet final : «Dramatique.» Quant à son ami André Frédéric, il jubile : «1-0, c'est ce que j'avais dit. Quand tu as besoin d'un pronostic ou d'un conseil technique, tu peux toujours m'appeler.» Je n'y manquerai pas.

Nos dernières videos