Quelle hygiène dans les camps scouts ?

L'inconfort et le manque d'hygiène ne sont pas des éléments indispensables à la réussite d'un camp scout. (photo Belga)

La mésaventure arrivée aux quarante enfants hollandais rappelle l'importance de l'hygiène alimentaire lors de la vie au grand air. Un camp scout n'est pas une chambrette aseptisée. Pour autant, les intoxications alimentaires y sont-elles inévitables ?

+ Les scouts intoxiqués sont hors de danger

Les camps 2007 commencent en fanfare : hier matin, 40 scouts hollandais ont dû quitter dare-dare leurs tentes plantées dans une prairie à Olne, pour rejoindre les hôpitaux de la région. Vomissements et douleurs gastriques... C'est une intoxication alimentaire qui est à l'origine des malaises. L'eau mise à leur disposition par un commerçant de Fraipont a été analysée : la thèse de la contamination se confirme. On vérifie les bidons de stockage. Sans conséquence grave pour ces petits scouts, l'incident fait néanmoins réfléchir. Le point avec Olivier Callant, président de la Fédération Catholique des Scouts Baden-Powell.

L'intoxication alimentaire, un incontournable des camps au même titre que les jeux de nuit?

On n'est jamais à l'abri. On en compte toujours une ou deux sur les deux mois. Il faut bien admettre que c'est une manière de vivre un peu hors normes. Cela dit, de manière générale, tous ces incidents sont relativement bien gérés. Je vois que ça a aussi été le cas pour les scouts hollandais : les secours sont arrivés tout de suite. C'est le message que nous faisons passer chez nous : «Au moindre doute, n'hésitez pas, faites appel à des professionnels des secours!»

Quelles sont les recommandations minimales en matière d'équipement sanitaire pour un camp scout?

Chaque staff négocie la location de son lieu de camp. Nous, en tant que Fédération, nous diffusons des conseils. Sur base de petites fiches que nous remettons aux équipes, nous recommandons ainsi de vérifier les installations sanitaires et de sécurité. L'alimentation en eau potable en fait partie.

Sous quelle forme?

L'eau est souvent acheminée vers la prairie par citerne. Et c'est vrai qu'il est déjà arrivé que ces citernes ne soient pas suffisamment inspectées par les propriétaires. Les scouts vont aussi s'alimenter en eau à la fontaine communale, si l'eau y est potable, bien entendu. Ou alors ils s'arrangent pour un approvisionnement via la commune. C'est laissé à l'appréciation des animateurs.

La nourriture est aussi un vecteur d'intoxication important. Comment font les campeurs pour respecter les règlesd'hygiène alimentaire?

Il s'agit surtout de ne pas rompre la chaîne du froid. Soit on utilise les frigos et congélateurs des propriétaires du site, selon leur disponibilité et leur bonne volonté. Soit on fait les courses tous les jours pour les produits frais. Ça marche très bien aussi.

Et les contrôles? Qui s'en charge?

Ils ne sont pas systématiques. Mais l'ONE organise des contrôles dans pas mal de camps, pour vérifier si les règles, notamment d'hygiène, sont respectées.

+¨Prolongez l'info dans L'Avenir, Le Jour, Le Courrier de ce mardi 3 juillet.

Nos dernières videos