Fortis: une photo volée dévoile "le" scénario

La fameuse note volée par une photo dans les mains de Filip Dierckx. (photo Belga)

Plusieurs médias annoncent le rachat d'ABN Amro par ING à Fortis pour une somme de 10 milliards d'euros. Fortis avait déboursé 24 milliards pour s'offrir ABN Amro. La Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg entreraient dans le capital de Fortis pour 7 milliards. La source? Une note prise en photo.

Les photos de presse peuvent parler! La mésaventure survenue l'an passé à l'ancien Premier ministre belge Jean-Luc Dehaene, dont une des notes avait été photographiée à son arrivée au Palais, n'a visiblement pas servi de leçon au nouvel administrateur délégué de Fortis, Filip Dierckx.

Ce dernier a en effet été photograpié, dimanche, alors qu'il tenait en main un document reprenant une série de détails permettant de sortir le bancassureur de la crise. On ignore cependant la nature exacte de ce texte.

Quoi qu'il en soit, le document évoque notamment une injection de capital de la Belgique et du Luxembourg à hauteur de 7 milliards d'euros. Y figure également la vente d'ABN Amro pour 10 milliards d'euros. Mais le ministre luxembourgeois du Budget, Luc Frieden, déclarait plus tôt dans la soirée que les Pays-Bas participeraient aussi à l'opération. Ce qui serait plus logique puisque les trois pays du Benelux interviendraient alors de concert.

Selon le site internet du Standaard, c'est la banque néerlandaise ING qui se porterait acquéreuse de cette entité. Pour rappel, Fortis avait acquis l'an passé une partie du groupe bancaire néerlandais ABN Amro pour quelque 24 milliards d'euros.

Démission de Lippens

La transaction totale, à laquelle participaient les banques Santander et Royal Bank of Scotland, s'était quant à elle élevée à 71 milliards d'euros.

Par ailleurs, le texte fait également état de la démission de Maurice Lippens, le président du conseil d'administration de Fortis, dont la position est fragilisée depuis l'injection de capital annoncée en juin dernier. Cette opération avait provoqué, sous la pression des actionnaires, le départ de l'administrateur délégué du groupe, Jean-Paul Votron. Maurice Lippens, lui, avait pu sauver sa tête.

Première banque belge, notamment sur le marché des crédits hypothécaires, Fortis a perdu plus de 2 milliards d'euros dans la crise des prêts immobiliers à risque aux Etats-Unis (subprime). Vendredi, son cours a de nouveau dévissé sur Euronext Bruxelles, perdant plus de 20% sur la journée.

Avec Belga