Le Portugal a pris la présidence de l'Union européenne pour six mois. Sa mission essentielle : rédiger le traité européen.

Le Portugal a pris dimanche la présidence de l'Union européenne. D'ici le 31 décembre, il aura pour tâche essentielle la rédaction du traité européen remplaçant la Constitution.

Le Premier ministre portugais, José Socrates, se montre confiant. Il estime avoir reçu, grâce à l'accord des 27 arraché au sommet européen des 21 au 21 juin, un mandat «clair et détaillé» sur le nouveau traité, qui doit faciliter les décisions à 27 et tourner la page de la crise institutionnelle ouverte par les «non» français et néerlandais à la Constitution. Mais le Premier ministre portugais reconnaît qu'il est apparu ces derniers jours un «malentendu» avec les jumeaux Kaszynski. Le malentendu porte sur le mécanisme qui permet à des pays membres, en minorité sur une décision votée à la majorité, de la geler provisoirement. Le Premier ministre polonais affirme avoir reçu l'assurance verbale que ce gel pourrait valoir deux ans, alors que les textes adoptés à Bruxelles lors du sommet ne parlent que d'un «délai raisonnable».

La conférence intergouvernementale - le 23 juillet - chargée de rédiger le traité se penchera sur l'interprétation de ce qui est écrit. En cas de problème, les discussions politiques auraient lieu en septembre. Prudents, les Portugais ne prévoient pour l'instant ni date, ni lieu pour la cérémonie du traité. L'objectif que le traité soit ratifié pour la mi-2009 afin qu'il entre en vigueur avec les élections européennes de juin 2009.

La présidence portugaise entend freiner Nicolas Sarkozy dans sa volonté de rouvrir le débat explosif sur l'avenir européen de la Turquie. Elle n'entend pas organiser un tel débat lors du sommet de décembre, comme le demande le président français.

Nos dernières videos