Di Luca était-il lui aussi dopé ?

Après Ivan Basso l'an dernier, le vainqueur du Tour d'Italie 2007 serait-il lui aussi impliqué dans une affaire de dopage ? (photo Reuters)

Le cycliste italien Danilo Di Luca a été convoqué par le procureur du Comité national olympique (Coni). Le vainqueur du dernier Tour d'Italie et de Liège-Bastogne-Liège doit être entendu le 5 juillet dans le cadre d'une enquête du parquet de Rome pour dopage présumé.

+ Dopage : Petacchi suspendu par son équipe

Cette convocation s'inscrit dans le cadre d'une enquête du parquet de Rome pour dopage présumé, a annoncé ce jeudi le CONI. Son compatriote Eddy Mazzoleni, 3e, aura pour sa part été auditionné la veille. La comparution de Mazzoleni, fixée pour 15h mercredi, semble faire suite à de nouvelles révélations dans la presse italienne sur cette enquête du parquet de Rome baptisée "Oil for drug".

L'enquête révélerait des contacts entre un médecin italien, le Dr Santuccioni, et Eddy Mazzoleni, qui auraient pour but de se procurer des produits dopants indétectables. La convocation d'Eddy Mazzoleni, 33 ans, compromet sérieusement les chances de l'Italien de participer au prochain Tour de France, qui commence le 7 juillet.

Des anomalies avaient été constatées lors des analyses antidopage de quatre coureurs italiens de premier plan contrôlés durant le Tour d'Italie. Ces quatre contrôles ont été diligentés par le CONI sur le Giro après la 17e étape qui arrivait au Monte Zoncolan, le 30 mai.

Danilo Di Luca, futur vainqueur du Giro, Gilberto Simoni, Riccardo Ricco et Eddy Mazzoleni (3e), ont subi ce soir-là, à leur retour à l'hôtel, un contrôle inopiné (sang et urine). Les échantillons de ces quatre coureurs auraient, selon des journaux italiens, révélé des "valeurs anormales".

Interrogée sur ce point, une source proche du dossier a précisé que "l'absence de substance dopante dans l'urine ne veut pas dire qu'il n'y a rien d'anormal".

Dans une lettre envoyée le 22 juin dernier au président de l'Union cycliste internationale, Pat McQuaid, le président du CONI, Gianni Petrucci, évoquait, au sujet des quatre contrôles inopinés effectués par ses agents sur le Tour d'Italie, des "indices d'anomalies inquiétantes même s'ils ne révèlent pas de violation des règles antidopage". (Belga)

Nos dernières videos