ATHLETISME 200 M

Bolt sous les 19 secondes?

Le sprinter jamaïcain semble seul sur sa planète sprint . Jusqu'où l'homme le plus rapide de l'Histoire peut-il repousser les limites ?

Usain Bolt a terminé hier sa demi-finale du 200 m comme on peut terminer son jogging du dimanche matin. Décontracté, le Jamaïcain s'est laissé freiner sur la fin pendant qu'à ses côtés l'Américain Shawn Crawford se débattait tout en muscles et en puissance. Le contraste est sidérant. Bolt ne court pas, il ne battaile pas avec les forces de frottement comme ses adversaires, il survole la piste du Nid d'oiseau. Le sprinter jamaïcain ne semble pas avoir d'adversaires à sa mesure. Cet après-midi, l'intérêt de la finale du 200 m se résumera sans doute à une course contre le temps d'Usain Bolt, même s'il se défend de chasser les records.

Depuis 1979, le record du monde du 200 m n'a appartenu qu'à deux hommes, à l'Italien Mennea (19.72) pendant 27 ans et depuis les JO de 1996 à Michael Johnson (19.32). Usain Bolt semble avoir toutes les capacités pour pulvérier ce chrono, mais jusqu'à quel point ? Selon des études techniques et statistiques, le Jamaïcain est programmé pour courir le 200 m des Jeux de Pékin en 19 sec 20 ou 25, et même un jour sous les 19 secondes.

Une étude présentée en 2004, et portant sur les dix meilleurs chronos de l'histoire du demi-tour de piste, a fourni la formule mathématique suivante : le temps sur 100 m de l'athlète considéré est multiplié par deux, puis on retranche environ 20 centièmes de secondes. Le différentiel peut monter jusqu'à 30 centièmes quand les athlètes sont résistants à la vitesse. Et Johnson, qui appartenait au groupe des athlètes résistants, n'avait pas de performances probantes sur 100 m. C'est donc peu dire que le Jamaïcain a de la marge par rapport à ce record sur 200.

Homme-sprinter

Nouveau spécimen dans l'évolution de l'homme-sprinter, le Jamaïcain est bien, et de loin, l'homme le plus rapide de la planète. Les chronos intermédiaires, relevés à chaque décamètre de sa finale du 100 m, l'attestent: c'est entre les 50 et 60 m que Bolt a atteint sa vitesse de pointe, quand, propulsé par une foulée de 2,70 m, il a frôlé les 44 km/h soit 12,18 m/s!

Il faut rappeler que l'athlète avait ouvert ses bras, jaugé la distance et frappé son torse de son poing avant d'avoir franchi la ligne. «On peut estimer à un dixième de seconde la perte de temps.» estime l'entraîneur Vitorri. «Il n'a que 21 ans et pourra courir d'ici deux ans en 9 sec 55», estime M. Toussaint, qui a étudié les courbes de progression de plusieurs dizaines de champions dans différents sports. En extrapolant, Bolt repousserait alors les limites humaines sur 200 m en-dessous des 19 secondes.