Rothman Salazar pas expulsé avant le 28 août

Selon ses proches (ici sa soeur), Rothman Salazar, arrivé en 2006 en Belgique, n'a plus d'attaches dans son pays natal. (photo Belga)

Mauvaise nouvelle pour Rothman Salazar: le Conseil d'Etat a rendu un arrêt négatif ce mardi après-midi concernant la demande de régularisation de ce jeune Equatorien menacé d'expulsion vers son pays d'origine.

Le Conseil d'Etat a suivi l'avis défavorable rendu lundi soir par son auditeur, qui estimait que l'expulsion du jeune Rothman ne lui serait pas "préjudiciable", ce dernier pouvant se soigner en Equateur. Il souffre de problèmes psychologiques et bénéficie en Belgique d'un "traitement médicamenteux pointu", a raconté sa maman, Nuria Perugachi.

Le jeune homme de 19 ans reste détenu au centre fermé 127 bis de Steenokkerzeel. Il ne pourra quitter la Belgique avant le 28 août, en vertu d'une ordonnance rendue mardi par le président du tribunal de première instance de Bruxelles.

Le jeune Equatorien ne pourra toutefois pas être expulsé de la Belgique avant le 28 août, le président du tribunal de première instance de Bruxelles ayant rendu une ordonnance interdisant à l'Etat belge de renvoyer Rothman Salazar vers l'Equateur avant cette date, afin de permettre à son conseil de faire valoir ses arguments devant la chambre du conseil. C'est ce qu'a indiqué Me Papis Tshimpangila, l'avocat du jeune homme.

Ce dernier avait en effet déposé lundi après-midi une requête de mise en liberté devant la chambre du conseil de Bruxelles. Elle sera examinée lundi prochain, 25 août. La défense fera valoir le fait que, selon ses proches, le jeune homme n'a plus d'attaches dans son pays.

Avec Belga