100.000 préservatifs pour les athlètes "au repos"

(photo Reuters)

Depuis les Jeux Olympiques de 1992 à Barcelone, des préservatifs sont distribués aux athlètes. A Pékin, ce sont 100.000 capotes qui ont été distribuées. Elles ont déjà fait 20.000 heureux voire 40.000...




A Pékin, ce sont 100.000 capotes qui ont été mises à la disposition des sportifs dans le village olympique, mais jusqu'à présent seules 20.000 ont été utilisées.

A moins d'une semaine de la fin des Jeux, deux groupes d'athlètes bien distincts peuplent le village olympique: ceux qui en ont terminé avec leur compétition et ceux qui doivent encore y prendre part. Pour le premier groupe, c'est donc le moment de prendre un peu de bon temps.

Magnifiques spécimens

Au fil des jours, les athlètes pouvant se relâcher sont de plusen plus nombreux et le village olympique se transforme en un mélange d'hormones détonnant. "Beaucoup de couples se forment, c'est le lieu par excellence pour les rencontres amoureuses. Si vous cherchez un mélange de toutes les origines, vous êtes servis. Principalement chez les Russes, les Tchèques et les Slovaques, il y a quelques magnifiques spécimens", se réjouit un joueur de volley mexicain.

Durant quatre semaines, 16.000 athlètes et entraîneurs de tous les coins de la planète investissent le village. Des jeunes hommes et dames, plein d'énergie, qui sont venus à Pékin pour donner le meilleur d'eux-mêmes. Bien sûr, la victoire sportive n'est pas au rendez-vous pour tous, mais il y'a d'autres moyens de marquer des points.

The place to be

"Parmi tous les athlètes présents, il y a naturellement des garçons et des filles qui se rapprochent et ont des relations sexuelles", explique Jeroen Sluijter, membre de l'équipe de base-ball néerlandaise. "Et comme les préservatifs sont distribués gratuitement, autant les utiliser".

"L'atmosphère dans le village olympique est euphorisante", ajoute le rameur britannique Matthew Pinsent. "Je dis toujours: 'Attendez d'avoir votre médaille autour du cou', mais de moins en moins d'athlètes suivent ce conseil".

Le volleyeur mexicain est plus concret: "S'il y a un endroit à ne pas manquer, c'est la maison des Néerlandais. Tout le monde veut y être, c'est là que tout se passe".

Avec Belga