Sur des sites remarquables, musiques et voix du monde se font échos à Huy, jusqu'au 24 août. Perry Rose y a carte blanche.

P our la 11e fois en 25 ans, le Festival d'art de Huy donnera de la voix aux artistes de chez nous et d'ailleurs pour nous emmener à travers le monde. On pointera tout particulièrement, aujourd'hui et demain, la carte blanche accordée à Perry Rose. Cet amoureux des sonorités irlandaises a pris plaisir à inviter une série d'artistes qu'il apprécie. «L'idée centrale de la carte blanche, précise-t-il, c'est de faire des surprises. Les invités chantent leurs chansons, participent aux miennes et il arrive qu'on sorte du répertoire de chacun. Par exemple, il y aura With or without you de U2.»

C'est ainsi que l'on verra défiler au cloître à ciel ouvert du Convent des Frères Mineur Aurélie Dorzée, Luc Pilartz et Didier Laloy dans Trio Trad. Aux côtés de l'ex-Innocent Jean-Christophe Urbain, Jil Caplan, Marie Warnant, Sacha Toorop et Bai Kamara Jr. De même que l'incontournable William Dunker. «Il m'a invité à plusieurs reprises, poursuit Perry Rose, mais c'est la première fois que je vais chanter en wallon!»

Du côté des organisateurs, on parle plutôt de continuité par rapport aux autres éditions. «Il n'y a pas de réelle grosse surprise, mais plein de petites surprises, souligne le programmateur Philippe Content. On va ainsi apprendre une série de choses, comme par exemple que la guitare et la musique hawaïenne ont subi des modifications après que les musiciens hawaïens ont gagné l'Inde en pirogues.» C'est lors du concert de Debashish Bhattacharya, jeudi, que l'on aura cette révélation...

Si vous ne savez que choisir dans l'abondante programmation, voici quelques (subjectifs) conseils. Manou Gallo (vendredi à 20 h au Couvent), que l'on a connue à la basse des Zap Mama, revient avec un nouveau projet intitulé Acoustic women band. Dimanche à 20 h (Couvent), le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf se produira pour lui-même, et pas en accompagnement de Delerm, M ou Arthur H.

À l'Espace Saint-Mengold, le groupe Hijaz, aux racines tunisiennes et grecques, va marier le jazz aux mélodies nord-africaines et à la musique traditonnelle grecque. Notons encore vendredi à 22 h, le groupe Courir les rues, dans le sillage des Têtes raides et des Ogres de Barback, mélange savamment accordéon et guitare pour un jazz manouche aux touches musettes.F.R. - C.M.

Couvent des Frères Mineurs : 13 € (sauf cartes blanches : 15 €). Saint-Mengold : gratuit. 085 21 12 06 et info@ccah.be