Le Plan pauvreté: droits des citoyens en avant

Le Conseil des ministres doit approuver vendredi le plan fédéral de lutte contre la pauvreté du secrétaire d'Etat Jean-Marc Delizée (PS). Une priorité: favoriser l'accès aux droits des citoyens.

Le plan est plus novateur dans les impulsions qu'il dégage pour favoriser l'accès aux droits que dans l'annonce de nouvelles mesures tangibles et budgétées.

De manière globale, le plan, qui comprend une cinquantaine de mesures, insiste sur la volonté du gouvernement de mettre en oeuvre l'automaticité des droits et tarifs sociaux. Un citoyen qui a droit a tel avantage social en raison de la situation qu'il vit doit pouvoir se voir l'offrir automatiquement, sans devoir à chaque fois entreprendre les démarches ad hoc.

Une cinquantaine de mesures

La banque-carrefour de la sécurité sociale permet d'arriver à un tel résultat. Le plan fait du soutien au pouvoir d'achat et de la liaison au bien-être une "priorité", rappelant et énumérant à cet égard les mesures socio-économiques à prendre par le gouvernement.

En matière de surendettement, il est suggéré de renforcer les instruments de prévention et d'assurer un financement structurel suffisant du Fonds de traitement du surendettement. En outre, le gouvernement devra poursuivre l'objectif d'assurer l'automatisation du tarif social énergie, de rendre les investissements économiseurs d'énergie accessibles aux plus démunis et, en matière de santé, de simplifier l'accès au statut OMNIO afin de le rendre, lui aussi, automatique.

Simplifier les démarches administratives

Le plan fédéral de Lutte contre la pauvreté énonce également les mesures à arrêter en matière de santé, d'emploi, de logement et service public. Concernant l'accès à la justice, il annonce la mise en place d'un guichet unique pour l'aide juridique et l'assistance judiciaire dans le but de simplifier les démarches administratives.

Pour combler la fracture numérique, le gouvernement est invité à négocier avec le secteur un tarif réduit en matière d'internet (ADSL). Par ailleurs, le gouvernement poursuivra le projet "ordinateur à 100 euros". Un baromètre permanent des mesures de la pauvreté, basé sur des indicateurs quantitatifs et qualitatifs, permettra d'évaluer l'évolution du phénomène de pauvreté tout en mesurant l'impact des politiques publiques dans ce domaine.

Une mobilisation de tous les acteurs

A l'instar d'autres plans déposés ces derniers jours par le gouvernement, celui sur la pauvreté insiste sur la nécessaire participation de tous les acteurs et la mobilisation de tous les niveaux de pouvoirs en vue d'assurer la cohérence et l'efficacité des actions entreprises.

La Présidence belge de l'Union européenne en 2010, année de la lutte contre la pauvreté, doit confirmer la place essentielle de cette politique au sein de la stratégie européenne, annonce le secrétaire d'Etat Delizée. Le secteur sera financé en vue de préparer cette échéance. Le plan insiste sur la nécessité de financement et de dialogue avec le secteur. Le secrétaire d'Etat, Jean-Marc Delizée (PS) a indiqué que le plan de lutte contre la pauvreté constituait "une première étape dans le cadre d'un processus évolutif".

Avec Belga