Ex-CCC: sur écoute depuis février

(photo Belga)

Outre Bertrand Sassoye, ex-membre des Cellules Communistes Combattantes (CCC), les trois autres personnes interpellées jeudi mais placées sous mandat d'arrêt vendredi sont Wahoub Fayoumi, journaliste stagiaire de la RTBF, Constant Hormans, déjà condamné pour des hold-up, et Abdelkader Ibrahim Abdallah, un homme d'origine libanaise.

Tous les quatre avaient été placés sur écoute dans le cadre d'une enquête démarrée en février 2007 après l'arrestation en Italie d'une quinzaine de militants du Partito Comunista Politico-Militare (PCPM). Ce groupuscule est soupçonné d'avoir préparé des attentats - dont un à l'encontre de Silvio Berlusconi - et était dirigé par un ancien des Brigades rouges.

Après sa sortie de prison en 2000, Bertrand Sassoye, l'ex-numéro 2 des CCC - qui ont commis 28attentats dans les années 1980 en Belgique - avait continué à militer dans des associations d'extrême gauche, dont le Secours rouge. Un milieu que fréquentait également, à titre privé, la journaliste de la RTBF.

L'ancien chef des CCC, Pierre Carette, a également été renvoyé derrière les barreaux jeudi, cinq ans après avoir retrouvé la liberté. Pas pour avoir entretenu des liens avec les Italiens du Parti communiste politico-militaire, mais pour avoir gardé des contacts avec d'ex-membres de son organisation, dont Bertrand Sassoye. Ce qui violait les termes de sa libération conditionnelle.

Bertrand Sassoye comparaîtra lundi à 14h devant la chambre du conseil, tandis que les trois autres suspects comparaîtront mercredi.

Notons que l'Association générale des journalistes professionnels de Belgique (AGJPB) - qui salue le mécanisme mis en place par la juge d'instruction et la RTBF pour tenter de respecter le secret des sources - prévient qu'elle sera particulièrement attentive au respect des droits de la journaliste, membre stagiaire de l'AJP/AGJPB.