BLéHARIES

Naissance d'ânons wallons dans le Hainaut

Naissance d'ânons wallons dans le Hainaut

(photo EdA)

L'élevage du Meunier, à Bléharies, a vu naître deux charmants ânons qui pourraient être repris dans le stud-book de l'âne wallon.

Chez les Picq, ce ne sont pas les hirondelles qui annoncent le printemps mais bien les ânons. Urbain et Ursule en sont deux charmants représentants nés respectivement le 27avril et le 7mai dernier. Tous deux gambadent fièrement dans la propriété avec celles qui leur ont donné le jour: Huguette et Cassine. Il font désormais partie de l'élevage du Meunier qui compte 11 têtes.

Urbain et Ursule présentent des caractéristiques qui pourraient leur permettre d'entrer dans le stud-book des ânes wallons. Lequel constitue un moyen de conserver et d'améliorer la population asine existante en Belgique en privilégiant des individus sains, en bonne santé, harmonieux et aptes au travail.

Il s'agit donc non seulement d'un label de qualité mais aussi et surtout de la garantie de voir se développer une véritable race wallonne. Un objectif qui devrait être atteint à l'issue d'un strict programme d'élevage s'étalant au minimum sur sept années de sélection.

À l'origine de l'élaboration de ce stud-book, l'association Adodane. Bien qu'elle soit officiellement reconnue par le ministère wallon de l'agriculture et de la ruralité, l'ASBL - dont le siège est situé à Ciney - développe aussi ses activités en Flandres. Sa présidente actuelle, Daisy Bal, est d'ailleurs d'origine flandrienne et succède au Bléharien, Pierre Picq. Lequel est précisément le propriétaire de nos deux nouveaux nés qui ont toutes les chances de porter un jour le label «âne wallon».

Qu'ils affichent tous deux un prénom commençant par la lettre «U» n'est pas le fruit du hasard. Car chaque année; une lettre est officiellement déterminée pour l'appellation des ânons. Après le «T», qui vit naître des Toupie, Tango ou Tarzan l'an dernier, c'est au tour du «U» de s'imposer. Si Pierre Picq a appelé l'un de ses ânons Urbain, ce n'est donc certainement pas en raison de l'actualité politique brunehautoise...

Les standards du Wallon

Pour prétendre à porter le titre convoité, l'âne candidat sera examiné sous toutes les coutures par des spécialistes. Il devra présenter un caractère, une taille, une robe, une queue, un ventre, une tête, des dents, des oreilles, des yeux, une encolure, un poitrail, un dos, une croupe et des membres conformes à ce qui est défini dans le stud-book.

Un exemple: «la taille idéale se situe entre 1,05m et 1,20m au garrot pour le mâle à 4 ans. De minimum 1m à 1,15m pour la femelle. Préférence sera cependant donnée à un relèvement de la limite inférieure.»

Pour l'heure, Urbain et Ursule se soucient peu de savoir s'ils seront ou non, demain, les fiers représentants de la race wallonne mais profitent de leur séjour brunehautois pour goûter aux charmes et à la quiétude du Parc naturel des plaines de l'Escaut.