Rallye des ardennes

À nouveau réunis, 25 ans après

Tous deux originaires de Spontin, Grégory Sacré et son copilote Sébastien Marion ne pouvaient manquer leur rallye à domicile ce week-end.

Lorsqu'ils commencèrent le ral lye en 2003, Grégory et Sébastien étaient déjà réunis autour de leur passion et de leur grande amitié. Depuis tout petit, ils assistaient leur père qui formait déjà l'équipage au même nom. À l'époque, on parlait plus de Fiat 131 du côté des paternels, et à l'heure actuelle, c'est toujours en propulsion mais en BMW que les fils se font remarquer.

En effet, dès sa troisième course, c'est aux Bavaroises que l'équipage se destine. En 2004, il rachète leur première BMW 325 IX (quatre roues motrices) à un fermier. Avec le support permanent du garage Feltz, toute la caisse de 1987 est refaite. Elle affichait tout de même quelque 300000km, mais il en faut plus pour perturber le pilote. Les débuts aux Ardennes se soldaient par une jolie 17e place.

Les deux années suivantes, Grégory accumule les exploits sur une voiture qui lui convient de plus en plus: «J'avais envie d'une quatre roues motrices et malgré son âge, l'efficacité de celle-ci m'a ravi. Pour apprendre, c'était l'idéal malgré une boîte très longue». Avec Sébastien, ils prennent le départ des rallyes qui leur plaisent, deviennent champion de classe namurois en rallyes-sprint ou se souviennent encore de celui de Gerpinnes où ils se retrouvaient devant Raphaël Venant.

Alors qu'ils se rapprochent de plus en plus des limites avec la 325 IX, la concession Feltz leur offre la possibilité de continuer les exploits avec une vraie propulsion, l'actuelle BMW 328. Celle avec laquelle Grég et Séba viseront à nouveau le top 5 aux Rallyes des Ardennes ce dimanche. «La propulsion est le type de conduite qu'il me faut. Nous prenons beaucoup de plaisir au volant, tout comme les spectateurs». L'année dernière, les débuts à Dinant s'arrêtaient trop vite avec la casse du pont non adapté. Une fois celui-ci réparé, les temps ont commencé à tomber.

Face aux pros de la glisse

Cinquième à Haillot, 4e à Achêne, 3e à Gerpinnes, 7e à la Famenne, les bons résultats s'accumulaient mais les plus beaux souvenirs restent les bagarres avec Hannon ou encore Jacob, des pilotes qui savent comment conduire une propulsion.

Cette année, la paire remettra à nouveau le couvert en classe 2/7, réservée aux voitures proches de la série, même si certaines évolutions étaient prévues (malheureusement, le règlement ne leur permet pas d'aller dans la division supérieure vu la limitation à 2,5 litres de la division 3). Sébastien confirme: «C'est dommage d'être bloqué en 2/7 avec les Mitsubishi ou Subaru. On ne peut plus avancer au niveau de l'évolution de l'auto. Néanmoins, cela ne nous empêchera pas de participer au championnat C.F.»

En effet, ils prendront part cette année à ce championnat en visant la victoire de classe en fin d'année. «Ce serait le top en remerciement à nos fidèles sponsors qui croient en nous depuis tant de temps», continue Séba.

Avant un autre projet pour 2009? «Un beau projet en série 1 diesel est à l'étude, on peut déjà rêver». À suivre...