La pêche archéologique du TGV

Cette fibule mérovingienne provient du site de Berloz. (photo EdA)

Une exposition à Hélécine présente les résultats de neuf années de fouilles sur le tracé TGV Bruxelles- Raeren.

Accro chez-vous. Car le voyage que propose le musée des Sciences naturelles en collaboration avec la Région wallonne est un fantastique voyage dans le temps. Une précision tout d'abord: deux tronçons ont intéressé les archéologues. Le premier va d'Hélécine à Ans. Le second de Soumagne à Raeren.

Commençons par la région liégeoise, car le campement néandertalien mis au jour à Remicourt date de 80000 ans.

«Notre grande chance, explique Dominique Bosquet, archéologue au musée, c'est que les vestiges sont exceptionnellement bien conservés. Il ne faut pas oublier que nous étions sur un site à ciel ouvert et non dans une grotte. Les tranchants de silex que nous avons déterrés sont intacts.»

Autre constatation: pour avoir été conservés aussi longtemps, les matériaux organiques retrouvés doivent forcément avoir été brûlés: il y avait donc du feu à cet endroit.

Le foyer préhistorique contenait des fragments d'os à structure spongieuse. Cette partie de l'os contient beaucoup de graisse et brûle donc très bien. L'examen des traces d'utilisation a démontré en outre que quelques morceaux de silex ont peut-être été utilisés comme une sorte de burin pour briser des os. Les Néanderthaliens utilisaient sans doute aussi des morceaux d'os gras comme combustible.

Plus près de nous, en 5000 avantJ.-C., se trouvait en Hesbaye, près de Fexhe-le-Haut-Clocher, un site néolithique. Une certitude: ces maisons-là étaient construites en bois et en torchis.

Les archéologues ont exhumé énormément d'objets en céramique pilée, silex ou charbon de bois.

«Il faut de nombreux spécialistes pour analyser tout ce matériel, explique Dominique Bosquet. Ce n'est qu'en réunissant toutes les pièces du puzzle que nous pourrons reconstruire l'histoire de cette colonie.»

Les trente-sept sites visités révèlent d'autres merveilles: à Orp-Jauche, des pesons en terre cuite démontrent la présence d'un atelier de fabrication du textile. À Krompelberg, un atelier de réduction du minerai (entre 100 et 160 après J.-C.) a permis de découvrir deux bas fourneaux. Et puis, cerise sur le gâteau, le site gallo-romain de Nereth à Baelen (Vesiècle) met au jour des bijoux féminins ou des fibules en fer d'une incroyable beauté.

Domaine provincial d'Hélécine jusqu'au 23/4, de 11h à 17h (fermé le lundi). Entrée libre