Le procès de l'horreur est ouvert

On regardera les pièces à conviction. ais de loin... La sécurité est (très) intransigeante sur le sujet. (photo Reuters)

C'est aujourd'hui que débute le procès de Michel Fourniret et de Monique Olivier . Les parties civiles sont déjà arrivées sur place.

+ Jean-Maurice Arnould, avocat de Marie-Noëlle Bouzet:


C'est ce matin, à 10 heures tapantes, que devraient résonner les mots «La cour!» dans la salle A du palais de justice de Charleville-Mézières. Deux simples mots qui ouvriront un des procès les plus médiatiques de l'histoire judiciaire française. «Les faits, la personnalité des accusés, l'âge et le nombre des victimes expliquent cette médiatisation, souligne Gérard Chemla, avocat de Joëlle Parfondry. Mais si on excepte évidemment les victimes, il n'y a rien à attendre de ce procès. On ne peut pas expliquer l'inexplicable.»

Mais si ce n'est que ce matin que s'ouvrira le procès de Michel Fourniret et son épouse Monique Olivier pour 7 homicides, autant de viols et autres tentatives, les principaux protagonistes du procès étaient déjà hier au palais de justice de Charleville hier. Les parties civiles d'abord, venues entendre la procédure et quelques éléments d'ordre strictement logistique. Mais aussi le procureur général de Charleville-Mézières, Francis Nachbar et une multitude d'avocats des parties civiles et des accusés. Bref, une bonne répétition générale pour les acteurs, en ce compris au niveau de la sécurité. Avec 70 CRS et des hommes de la police municipale, le palais de justice est bien gardé et les abords strictement interdits à la circulation.

Car outre la presse, déjà présente en masse (il faut voir les camionnettes rangées en rang d'oignons le long du palais), il faudra également compter avec le public. La justice française a en effet souhaité que le public soit présent dans la salle d'audience et dans les salles où sera retransmise, en direct et sur écran, l'intégralité des débats. Pas question cependant de filmer ou d'enregistrer les débats. Des affichettes sur le sujet sont d'ailleurs très explicites.... Mais qui voudrait donc filmer ou enregistrer les horreurs sombres dans lesquelles le palais va être plongé durant deux mois?

+ Prolongez l’info dans Vers l’Avenir, L’Avenir, Le Jour, Le Courrier de ce jeudi 27 mars.