Demotte enthousiaste, le MR critique

Demotte a fait connaissance avec ses nouveaux collègues. (photo Belga)

Le gouvernement remanié de la Communauté française a tenu ce vendredi matin sa première réunion. A cette occasion, le nouveau ministre-président a affiché son enthousiasme d'entreprendre de nouvelles tâches. Dans l'opposition, le MR dénonce un coup de pub dont Bruxelles sort perdante.

Rudy Demotte a insisté sur la cohérence de sa double présidence wallonne et communautaire, se disant enthousiaste et heureux de faire le trait d'union entre les deux institutions. Il a insisté sur le fait qu'il aurait des réunions régulières avec les ministres bruxellois pour "multiplier les énergies".

Tant le nouveau ministre-président que le nouveau ministre de l'Education, Christian Dupont, se sont gardés de porter un jugement sur l'action de leur prédécesseur Marie Arena. "Madame Arena s'est battue dans un domaine compliqué", a sobrement commenté Demotte, ajoutant qu'il faudra chercher une meilleure adéquation entre l'enseignement et les besoins économiques sans toutefois se limiter à cet aspect des choses.

Quant à Dupont, il poursuivra la mise en oeuvre du "Contrat pour l'école" d'Arena, tout en utilisant l'expérience qu'il a acquise lorsqu'il siégeait au parlement de la Communauté, où il a été à l'origine de plusieurs initiatives touchant à l'enseignement. Il a souligné les progrès engrangés par l'enseignement sous le règne Arena. Mais le chemin est encore et l'enseignement peut mieux faire. Il faudrait mieux encadrer les efforts que fournissent les enseignants, a-t-il encore dit.

"Gadget marketing"

De son côté, le MR tire à boulets rouges. Les libéraux francophones estiment que Rudy Demotte a été désigné par le PS à la tête de la Communauté française comme un "gadget de marketing", dépourvu de compétences. Pour rétablir le lien avec les francophones de Bruxelles, c'est par contre une nouvelle occasion manquée, ont ainsi martelé vendredi Françoise Bertieaux, présidente des libéraux bruxellois, et Françoise Schepmans, chef du groupe MR au parlement bruxellois.

A leurs yeux, on a renforcé, au cours des dernières années, les synergies entre la Wallonie et la Communauté via notamment le plan Marshall, par exemple en réservant 8.000 bourses d'immersion linguistique pour les jeunes wallons, mais ces synergies sont absentes avec les Bruxellois.

Pour établir un lien avec les francophones de Bruxelles, il eut fallu faire monter le ministre bruxellois de l'Economie et de l'Emploi Benoît Cerexhe (cdH), qui préside par ailleurs la Commission Communautaire française de Bruxelles, ont insisté les familles libérales. Mais le cdH ne s'est pas non plus empressé de le revendiquer. D'après Bertieaux et Schepmans, au-delà des répercussions de cette situation sur la formation dans la capitale, la position de Bruxelles dans les discussions institutionnelles ne sortira pas renforcée de ce choix de la majorité rouge romaine.

Confronté à ces critiques du MR sur l'absence de ministre bruxellois à "double casquette" dans la nouvelle équipe, Demotte a répondu qu'il aurait de fréquentes réunions avec les ministres bruxellois et souligné la présence d'une bruxelloise, Fadila Laanan, au sein du gouvernement.

Avec Belga

Nos dernières videos