Division 3 B L'Étoile Tamines championne

Et de deux pour Frédéric Bertin

Pari réussi pour Frédéric Bertin qui en trois ans, ramène les Étoilés de la P4 à la P2. Une performance fêtée dignement par les acteurs.

Déjà la saison dernière, les Taminois rêvaient de rejoindre la division 2 mais lors du tour final, ils s'étaient laissés surprendre par une équipe de Ham pourtant pas favorite. «On ne voulait plus vivre pareille conclusion, lance le coach. Dès lors, il nous fallait conquérir le titre.»

À l'exception de Jonathan Delcomènne, parti à Spy, Frédéric conservait l'ensemble de son noyau auquel venaient s'ajouter Martin Juwe et Da Silva. Après un premier tour en demi-teinte, Tamines parvint à détrôner Velaine juste avant la trêve des confiseurs. Une première place que les boys du président Bouchat n'allaient plus jamais quitter. «Après nos revers à Velaine, Ligny, Floreffe et l'E. Mosane, j'ai retravaillé le moral. Certains croyaient qu'ils suffisaient de paraître pour s'imposer. On se dirigeait tout droit, vers un scénario identique à la saison précédente. Les joueurs ont heureusement bien réagi et ont pris conscience de leurs qualités. Et comme l'appétit vient en mangeant, nous avons aligné les succès pour récolter 25 unités sur 27.»

Alors qu'il s'était donné cinq ans pour amener ses joueurs de la P4 à la P2, Frédéric Bertin a réussi l'incroyable exploit trois ans après son arrivée. Une performance de choix signée grâce à un groupe soudé et particulièrement bien balancé. «Dès la première année, j'ai bien ciblé les problèmes et j'ai transféré en conséquence. Ceux qui étaient sur le banc étaient aussi forts que ceux qui jouaient mais une saine concurrence s'est installée. La richesse de mon noyau m'imposait parfois des choix difficiles mais la tournante s'est opérée de manière naturelle et sans heurt. Le collectif a toujours primé et mes hommes ne se sont jamais lancés dans compétitions individuelles.»

Sans calculer!

Les Étoilés qui présentent la meilleure attaque de la série, possèdent aussi l'une des trois meilleures défenses de la série. «On n'a jamais calculé, ni basé notre jeu sur l'équipe adverse. J'ai toujours opté pour l'offensive en misant sur nos flancs où les Jacques, Mercier, Juwé et Dogot ont particulièrement été efficaces. Il restait alors aux Francotte, Geeraerts, à parachever le travail. Seule Gembloux a réussi à nous contrer.»

Les Étoilés, malgré les circonstances et la décision de M. Wilmet d'arrêter le duel après 27 minutes, ont fait la fête avec au programme les bains de boue et le champagne qui a coulé à flots. La saison prochaine ils retrouveront donc une planète plus proche de leur rang. «Contrairement à ce que les dirigeants ont affirmé, je n'ai pas encore rempilé. Je prendrai ma décision cette semaine. Il y a un monde de différence entre la P3 et la P2. Aussi, il nous faut déjà travailler maintenant. Il conviendra d'abord de pallier les départs de Robert Scorniciel et Olivier Gérard qui ont choisi de remiser les crampons et les gants. Et si nous voulons viser une place à mi-classement, il nous faudra un renfort dans chaque ligne.»

Nos dernières videos