basket Finales de la coupe de la Province

Stavelot mène 2-0 contre Ninane

Première dans l'histoire du club, Stavelot s'apprête à disputer la finale de la coupe. Avant une très probable participation aux play-off!

Les derniers bons résultats aidant - Pascal Mossay reste sur un dix sur onze depuis son arrivée à la tête du groupe - l'engouement ne fait que croître à Stavelot. On annonce d'ailleurs une centaine de supporters qui feront le déplacement à Henri-Chapelle ce soir (21 heures) depuis la cité des Blancs Moussis pour assister à cette première finale de coupe dans l'histoire du club.

«C'est historique! se réjouit Pascal Mossay. Jamais aucune équipe du club, toutes catégories confondues, n'est allée aussi loin dans cette compétition. Deux anciens présidents, Burton et Micha, nous ont assurés de leur soutien. Les équipes de jeunes ainsi que les parents ont aussi été mobilisés. La fête se prépare...»

L'optimisme est en effet d'actualité à Stavelot puisque les Noirs mènent déjà deux à zéro dans leurs oppositions en championnat avec Ninane B, l'adversaire du jour. Dont une dernière victoire décrochée il y a moins d'une semaine en terres liégeoises.

«C'est clair, nous partons avec l'avantage moral, estime Pascal Mossay. Car nous avons affronté la grosse équipe de Ninane, soit renforcée des Delhaes, Lebecque et autre Habsch. Mes gars ont donc conscience que, malgré ces renforts de D2, l'adversaire est prenable.»

Reste que dans une finale de coupe, ce sera du 50/50 ce soir. Stavelot, toujours privé de Gonzalez, portera avant tout encore sa concentration sur le secteur défensif.

«L'objectif premier est de faire déjouer l'adversaire. Mes gars devront donc faire preuve de beaucoup d'application par rapport aux consignes défensives que je donnerai. En face, Delhaes est sans doute le joueur le plus complet. Mais il faudra aussi parvenir à bien construire nos attaques. C'est une bonne alchimie entre défense rigoureuse et attaque efficace qui nous permettra de décrocher le sacre.»

Pas question pourtant pour l'ex-Ninanois de parler de revanche par rapport à son ancien club...

«J'ai plutôt l'habitude de regarder vers l'avant, je suis avant tout heureux de ce qui arrive à Stavelot!», conclut avec sagesse Pascal Mossay.

Nos dernières videos