CHAMPIONNATS D'EUROPE

Grandjean va devoir se surpasser

Grandjean va devoir se surpasser

(photo Belga)

L'Euro d'Eindhoven est un rendez-vous d'importance pour de nombreux nageurs sur la route de Pékin. C'est le cas pour Yoris Grandjean.

Ce n'est pas réellement l'heure de vérité pour Yoris Grandjean à 19 ans ce jeudi, il a encore tout l'avenir devant lui , mais l'Euro de Eindhoven constitue à coup sûr un rendez-vous important pour le prometteur Liégeois. Car s'il s'agit seulement de son second grand rendez-vous senior, c'est le premier avec un réel enjeu. Et lequel!

Parti en repérages aux Mondiaux de Melbourne (36e sur 100 libre en 50.18), au sortir d'une brillante carrière en Juniors (N.1 européen et même mondial), «Yo» aborde cette fois des choses autrement plus sérieuses...

«Et du très sérieux même, relève André Henveaux son coach «historique» à Liège-Natation qui retrouve pour l'occasion son joyau exilé depuis septembre à... Antibes. Yoris va pouvoir, mais surtout devoir, montrer ce qu'il vaut réellement. Il a une chance de briller, de décrocher éventuellement un billet pour les Jeux de Pékin, mais il va devoir se cracher dans les mains».

Certes, cela n'effraie ni le nageur liégeois ni celui qui l'entraîne depuis l'automne à la Côte d'Azur, Denis Auguin. Le premier rappelle qu'il sort «d'un long affûtage. Fait d'un travail intensif à Antibes (notamment en compagnie de Alain Bernard (Ndlr : 2e meilleur performer 2007 sur 100 libre en 48.12) et lors de plusieurs stages en Australie ou en Floride avec l'équipe de France. Cela m'a permis de retrouver mes meilleures sensations. Je me sens même plus fort qu'à l'Euro Jr d'Anvers de juillet dernier (Ndlr : où il avait remporté le 100 libre).

Son entraîneur au CN Antibes se dit aussi confiant «car Yoris est un compétiteur né».

Mais de son côté, André Henveaux se veut prudent. «Bien sûr, on caresse tous l'espoir de le voir se qualifier pour Pékin sur le 100m libre, mais les critères du COIB sont élevés : soit il faut atteindre la finale (top 8), mais sur le papier Yoris est le 21e performer sur la distance (17e du classement nettoyé à deux maximum par pays) et les places y seront très chères avec des ténors comme Van den Hoogenband, Nystrand, Bernard ou Magnini. Soit il faut signer un temps de 49.45, chrono que Yoris n'a jamais fait ni même réellement approché, son record étant de 49.91. Il devrait donc gagner une demi-seconde. Énorme! Je le vois donc plutôt gagner Pékin via le relais 4x200 qu'il prend heureusement très au sérieux du coup. Avec Fonteyn, Verachten et Surgeloos, il est en bonne compagnie. Vu la qualité de l'événement (donc de la concurrence), du bassin, les combis etc. On aimerait que quelque chose se passe». Et l'on devine quoi.

+ Prolongez l’info dans Vers l’Avenir, L’Avenir, Le Jour, Le Courrier de ce mercredi 19 mars.

Nos dernières videos