Laurence Boccolini se confie et craque

Laurence Boccolini raconte son combat pour avoir un enfant.

VIDEO | L'ancienne animatrice du Maillon Faible sur TF1  a craqué lors de son passage chez Ruquier pour la promotion de son livre "Puisque les cigognes ont perdu mon adresse...". Un ouvrage émouvant où Boccolini évoque son combat pour être mère.

Dans "Les cigognes ont perdu mon adresse..." , publié chez Plon,  celle qui incarne Mlle Joubert pour TF1 raconte qu'elle ne peut pas avoir d'enfant. Elle parle de ses 5 tentatives de fécondation in vitro, toutes soldées par un échec, et explique sa détresse de ne pas pouvoir devenir maman.

Mais son essai lui sert aussi de tribune pour dénoncer la difficulté d'adopter en France et la lourdeur des traitements médicaux quand on veut avoir un enfant et que l'on n'y arrive pas.

Dans son livre, l'animatrice écrit également qu'elle s'attend à une promo difficile sur les plateaux télé : "Je sais par avance que certains chroniqueurs qui n'ont pour but que de casser de l'invité dans ces talk-show où l'on vient à reculons s'en donneront à coeur joie pour attaquer de leur foudre ces quelques lignes en prenant un air navré et condescendant, en me demandant si mon départ de TF1 m'a conduite à gagner ma vie en la dévoilant." Et pour le coup, Boccolini na pas été déçue... Elle a été reçue par une paire Naulleau/Zemmour en grande forme.

"Terrorisme utérin"

Ceux qui avaient du mal à imaginer la grande méchante du petit écran pleine de sensibilité auront révisé leur jugement samedi soir. Laurence Boccolini n'a pas retenu ses larmes lors de l'émission de Laurent Ruquier "On n'est pas couché". L'animatrice n'a pas résisté aux attaques des chroniqueurs Zemmour et Naulleau. Les deux hommes ont joué leur rôle de poil à gratter. Ils ont appuyé là où ça fait mal et forcément... Boccolini, qui en a peut-être dit un peu beaucoup sur sa vie privée dans "Puisque les cigognes ont perdu mon adresse...", n'a pu cacher son émotion.

Les mots échangés ont été durs. Eric Naulleau a notamment parlé de "terrorisme utérin" en dénonçant les arguments de l'animatrice dont le principal argument était qu'"on ne pouvait pas savoir" si on n'était pas une femme.

C'est finalement l'écrivain Daniel Picouly qui a permis à tout le monde de sortir du conflit en défendant la démarche de Laurence Boccolini. Au bout de son intervention, l'animatrice de TMC, émue, a laissé perler une larme.

Les images du débat:

Olivier Deheneffe

"Puisque les cigognes ont perdu mon adresse..." chez Plon.

Nos dernières videos