Matches truqués: le Lierse acquitté

(photo Belga)

Le comité d'appel de l'Union Belge de football a décidé d'acquitter le Lierse dans l'affaire Zheyun Ye (matches supposés truqués par le Chinois à des fins de manipulations de paris sportifs). Le président du club Léo Theyskens est un homme heureux.

La chambre de foot rémunéré du comité d'appel de l'Union Belge a donc rendu ce lundi son verdict dans l'affaire Zehun Ye.

  • Pour le Lierse, condamné en première instance à la dégradation en D3, il demande l'acquitement.
  • Pour Paul Put, radié à vie dans un premier temps, il demande au comité exécutif de lui refuser l'affiliation pendant 3 ans (il n'est plus affilié actuellement).
  • Pour Hasan Kacic, la suspension de 2 ans est transformée en acquittement.
  • Les autres joueurs impliqués, qui n'ont pas interjeté appel, n'ont eu que des peines légères infligées par la commission de contrôle.

L'affaire Yé a fortement sali la réputation de l'Union Belge et le grand public attendait une réponse forte au niveau disciplinaire. Mais lundi, le comité d'appel a donc gommé la sévérité dont avait fait preuve la commission de contrôle en première instance.

Le comité d'appel a motivé sa décision concernant le Lierse en disant que les contacts entre le Lierse et Ye entraient dans le cadre d'une reprise éventuelle du club par le Chinois. Le comité d'appel estime "qu'il est permis de douter sérieusement des aveux de Paul Put, rapportés par l'ancien président de Mouscon Edward Vandaele, suivant lequel le président du Lierse de l'époque était au courant et qu'il aurait donné approbation aux demandes de Paul de voir certains joueurs lierrois lever le pied." Le comité d'appel estime que Paul Put avait tout intérêt à mouiller le Lierse et, à l'encontre de ce qu'avait fait la commission de contrôle, a tenu compte que l'argent de Ye a été versé sur le compte de l'avocat de Nijn et non sur celui du club.

"Des déclarations de Patrick Deman, il n'apparaît pas non plus que le Lierse aurait été au courant des pratiques de corruption. Il n'apparaît nullement du dossier que Gaston Peeters, manager du club à l'époque, aurait été impliqué dans l'organisation de falsification de résultats de matchs. Il n'avait d'ailleurs aucun mandat dans le comité de direction du Lierse." Le parquet peut se pourvoir en évocation. Il prendra une décision après avoir étudié le prononcé du comité d'appel.

Avec Belga

Nos dernières videos