Un mort pour libérer les 4 otages belges?

(photo Reuters)

VIDEO | Alors que les 4 otages belges sont attendus dès demain à Bruxelles, l'association paysanne guatémaltèque dénonce le meurtre d'un individu au cours de l'opération de libération.

 

Dans un communiqué, le Comité d'Unité Campagnarde affirme qu'un paysan a été abattu au cours d'une incursion militaire dans la Communauté de Puntarenas Ensenada. La victime se serait trouvée en compagnie de trois autres paysans qui auraient été capturés par les forces de sécurité. Ils auraient dû faire l'objet d'une procédure d'échange avec les touristes belges.

Le porte-parole du ministre de l'intérieur du Guatemala, Ricardo Gatica, a réfuté la version des paysans et a assuré que "les forces qui ont pris part à la recherche et la libération des otages n'étaient pas armés". Il a précisé que le cadavre de l'homme supposé décédé ne se trouve dans aucune morgue de la région. Selon le porte-parole, le délégué local des Droits Humains (PDH), qui a négocié la libération des touristes belges, "n'a pas confirmé non plus cette version, car il n'existe pas d'indices qu'elle est véridique".

Les quatre belges et leurs deux accompagnateurs ont été libérés dans un lieu proche de l'endroit où ils avaient été enlevés vendredi soir. Les paysans exigeaient la libération de d'un de leurs chefs, Ramiro Choc, emprisonné depuis le 14 février pour usurpation, vol et détention illégale.

L'ambassadeur de Belgique à San José, la capitale du Costa Rica voisin, a pu entre-temps converser téléphoniquement avec les quatre touristes flamands. Ils sont en bonne santé, ont été bien traités et ont pu conserver en permanence médicaments et documents de voyage, ont-ils dit.

Avec Belga

Nos dernières videos