On n'a pas vécu un grand match entre les 2 Unions, mais l'important pour les Namurois était de ne pas rentrer bredouilles de Saint-Gilles...

Arbitre : M. Boelen

Cartes jaunes : Perez Avial, Dehamla, Gursever, Kage, Regnier, Bukran et Beersaerts.

UNION ST GILLOISE : Kudimbana, Habarugira, Preseaux, Keromest, Perez Avial, Oulai, Stassin, Kage (60e Martens), Dehamla (72e Mokulu), Siani et Buelinckx (90e Ngolok)

UR NAMUR : Habran, Tshiala, Regnier, Junior Ntame, Bukran, Colinet, Fasano, Boukamir, Gursever (65e Weydisch) Beersaerts et Sbaa (81e Nzuzi)

Autant ne pas se voiler la face, on n'a pas vécu un grand match dimanche après-midi, au Parc Duden. Il est vrai que les 2 Unions, la bruxelloise et la namuroise, ne pouvaient absolument pas se permettre de perdre ce match sous peine de voir leurs chances de maintien se réduire encore un peu plus. La peur était donc bien présente dans les deux camps et cela empêcha les deux équipes de développer leur jeu et, surtout, de se créer l'une ou l'autre occasion, au grand dam du préposé au marquoir, qui frôla la dépression nerveuse. Il est vrai qu'un manchot aurait eu largement assez de sa seule main valide pour dénombrer le nombre d'occasions!!!

«Enfin, restons positifs», affirmait René Hidalgo qui préférait insister sur la bonne organisation de son équipe et sur le point précieux arraché au Parc Duden, que sur la rencontre, qui fut loin d'enflammer les 1500 spectateurs.

Il est vrai que d'emblée Namur n'aligna que le seul Sbaa en pointe, Gursever et Beersaerts étant chargé de l'épauler, dès qu'ils en avaient l'occasion. Et ce fut rare, alors qu'il fallut attendre le quart d'heure pour voir Siani obliger Tshiala à sauver sur la ligne. Beersaerts répliqua d'un joli tir et on retomba dans «train train» avant que, peu avant la demi heure, un coup de tête de Preseaux ne soit sauvé par Beersaerts et Namur de terminer en force la première période sans se montrer bien dangereux.

Les «Merles» allaient être un peu plus saignants après le café, Sbaa étant fauché dans le rectangle, mais le juge de ligne avait signalé un hors jeu alors que peu après c'était au tour de Colinet d'être poussé dans la zone sans que l'arbitre ne bronche. Pour faire bonne mesure il ne bougeait pas, non plus, lorsque Siani se fit sécher et encore moins lorsque Weydisch s'écroula dans le rectangle.

Il n'y eut donc pas le moindre penalty sifflé et dans ces conditions on ne voit pas, très bien, comment les filets auraient pu se secouer tant, des deux côtés, la prudence et la vigilance restèrent de mise, pour arracher un point bien précieux.

Nos dernières videos