promotion D

Ciney assure sans trop convaincre Ciney Meux 3 1

Arbitre : M. Deconninck.

Carte jaune : Debry.

Cartes rouges : Branchina (28e, 2 c.j.) ; Butera (90e, 2 c.j.).

Buts : Butera (1-0, 2e), Maréchal (2-0, 24e), Ruidant (2-1, 58e), Garriz-Constant (3-1, 63e).

CINEY : Demortier, Bourguignon, Fiasse (14e Pierard, 85e Toussaint), Michalakis, Deglim, Butera, Garriz-Constant, Maréchal, Lambrechts, Lorenzon, Verlaine (54e Henry).

MEUX : Debuisson, Servais, Scailteur (83e Van Binst), Debry (75e Lema), Ochendzan, Ruidant, Pary (54e Bolain), Burlet, Branchina, Sbaa, Revillod.

L'entraîneur meutois Philippe Gruden craignait le même début de match qu'à l'aller (0-3 à la 16e) et avait donc mis en garde ses troupes, notamment sur les phases arrêtées. Mais après deux minutes de jeu, sur un énième assist de Bedo Lambrechts, l'homme chargé de tenir Butera l'oubliait et le laissait placer une tête imparable : 1-0. La sortie rapide de Fiasse, touché au dos, obligeait Claudy Verlaine à changer ses batteries. C'est Deglim qui reprenait l'axe défensif. Pas de quoi déstabiliser des Cinaciens maîtres de leur sujet et décidés à vite se mettre à l'abri. Après des essais de Verlaine et Lorenzon, Debuisson sauvait de justesse devant Maréchal. Mais le petit Max remettait le couvert quelques instants plus tard et dribblait trop facilement toute la défense de Meux pour doubler la mise.

Les Verts allaient-ils être mangés tout cru ? Tout le stade Lambert le pensait quand Branchina était exclu dès la 27e pour une faute signalée par le juge de ligne. Mais au lieu d'enfoncer le clou, Ciney levait curieusement le pied et après un tir de Debry renvoyé par le poteau, c'est Sbaa qui perdait deux fois son duel devant Demortier. Juste avant le repos, Revillod aurait pu bénéficier d'un penalty.

Ciney évoluait toujours sur un rythme de sénateur à la reprise. Un dilettantisme dont profitaient les courageux meutois pour relancer le suspense au terme d'un joli mouvement Revillod-Sbaa-Ruidant, ponctué par ce dernier : 2-1. Trop statiques, les Bleus laissaient venir mais à l'heure de jeu, ils pouvaient compter sur un exploit individuel de Garriz-Constant pour reprendre le large. La frappe enroulée du médian local laissait Debuisson pantois. Quel but ! Loin d'être résignés, même à 10, les visiteurs tentaient encore le tout pour le tout. Mais sans trop convaincre, les Cinaciens conservaient trois précieux points qui leur permettent de reprendre seuls la deuxième place, pour le plus grand plaisir des juniors provinciaux, champions dans l'après-midi pour la 7e année consécutive et bien en voix pour supporter leurs aînés.

Nos dernières videos