provinciale 1

Aubel perd ses dernières illusions Minerois Aubel 0 0

Arbitre : M. Halkin.

Cartes jaunes : Sougnez, Burdziak ; Pelsser

Carte rouge : Winkin (36e).

MINEROIS : Sénis, Woyaffe, Pesser, Wojcik, Charlier (46e Nagui), Bas (76e Sohet), Spailier (79e Galan), Sougnez, Stefenatto, Burdziak, Idraf.

AUBEL : Colson, Mignon, Lemaire, Beckers, Pelsser (70e Van Melsen), Remacle, Winkin, Chauveheid, Pinckaers (81e Alvarez), Charbon (52e Zico), Hansen.

«On n'a qu'à s'en mordre les doigts si nous ne sommes pas parvenus à inscrire un goal et gagner ce match », jugeait Claudy Chauveheid au terme d'un derby qui a tenu toutes ses promesses et dans lequel, finalement, seuls les buts ont manqué pour lui donner plus de relief encore. La faute, en grande partie, à Colson et Sénis, 2 gardiens à englober dans les mêmes éloges. «Ils ont été mis à contribution, avec toutes ces occasions dans les 2 camps» disait Robert Formatin, heureux du nul blanc obtenu, comme à l'aller, par ses gaillards, mais beau joueur tout de même en reconnaissant que ces occases furent «plus nombreuses du côté d'Aubel.» Et non des moindres. Notamment pour Charbon, qui aurait dû ouvrir la marque dès les toutes premières minutes du match. Aubel avait la maîtrise du jeu mais il devait lui aussi compter sur son dernier rempart pour mettre à la raison des incursions d'Idraf et Stefenatto. La Minerie était bien décidée à ne pas s'en laisser conter, comme elle le démontrera encore dans le quatrième quart d'heure avec un centre-tir de Spailier sur l'équerre du but et en fin de match quand Burdziak, esseulé, et Nagui buteront sur un impeccable Colson.

Ce derby, en réalité, n'a surtout pas voulu sourire à des Aubelois qui abandonnent là leurs dernières illusions dans la course au titre. Des Aubelois contraints une nouvelle fois de jouer une grande partie de la rencontre en infériorité numérique, à la suite de l'exclusion d'un Christophe Winkin coupable d'un mauvais geste. Une sanction (logique) survenue dans la foulée d'un but inscrit, sur coup de coin, par Cédric Chauveheid et annulé pour une position hors-jeu du capitaine aubelois, à la grande colère du clan vert et blanc. «Cette minute-là constitue incontestablement le tournant du match» estimait un Claudy Chauveheid, dont l'équipe, pourtant réduite à 10, accentua encore son forcing dans la dernière demi-heure. Mais il y avait Sénis ! Qui arrêtait un... coup de réparation botté par Pinckaers. Qui repoussait une reprise de volée «lunaire» de Hansen. Qui était l'homme du match dans le camp minier, tout simplement.

Nos dernières videos