Leterme 1er: négociateurs du dimanche

Elio Di Rupo comme les autres consacrent son dimanche au futur gouvernement. (photo Belga)

Les négociateurs des cinq partis de l'actuelle coalition appelés à former le prochain gouvernement passent leur dimanche au cabinet d'Yves Leterme. Ils devraient terminer les discussions sur le programme de l'équipe Leterme 1er ce lundi.

Samedi, les négociateurs se sont quittés vers 19 heures. Ils avaient alors terminé la première lecture de la note de base qui comporte à ce stade quelque 42 pages. Toutefois, tous les points qui fâchent - une trentaine disait-on samedi soir - ont été mis "entre crochets".

C'est donc à ces points délicats que les négociateurs consacreront leur dimanche et sans doute aussi leur lundi. Parmi ces points, la réforme fiscale en faveur des bas et des moyens revenus voulue par les libéraux est un des éléments les plus polémiques.

Les points qui fâchent

"La politique fiscale n'est pas la seule à pouvoir aider les gens à faire face à la vie chère. Il faut aussi surveiller les prix", répétait encore dimanche à RTL-TVi le ministre PS Christian Dupont. Il reste encore beaucoup de points à trancher dans le domaine socio-économique en général mais aussi sur le chapitre immigration avec la question de l'immigration économique - acceptée lors des négociations pour l'orange bleue avortée - et de la régularisation des sans-papiers.

Les discussions étaient difficiles samedi et le restent même si le sentiment général qui prime est celui de dire que les négociations aboutiront à un accord.

Les partenaires actuels et futurs n'ont pas vraiment le choix, commente-t-on dans les milieux politiques. "On aura sans doute un accord avec beaucoup de double sens et qui prévoira beaucoup d'études et d'évaluation pour les années à venir", faisait remarquer dimanche un proche de la négociation.

Des études et évaluations sont d'ores et déjà prévues pour la sortie du nucléaire et le renforcement du droit sanctionnel à l'égard des jeunes.

Un gouvernement pour combien de temps

Alors que Leterme 1er n'a pas encore pris son envol, une des questions qui préoccupent est savoir combien de temps ce gouvernement restera en place. Le CD&V a déjà dit qu'il quitterait le gouvernement s'il n'y avait pas, d'ici l'été, un accord sur une grande réforme de l'Etat.

De plus, en juin 2009, il y aura de toute façon des élections régionales et européennes. Beaucoup d'observateurs sont d'avis qu'on pourrait y coupler de nouvelle élections fédérales. Cela pourrait avoir comme avantage que se dessinent les mêmes majorités dans les Régions et au fédéral.

Interrogé dimanche à la VRT, le député CD&V Servais Verherstraeten affirmait que l'ambition de son parti était de voir le gouvernement continuer jusqu'en 2011.

 Samedi, dans le quotidien Le Soir, le président de l'Open Vld, Bart Somers disait pour sa part : "Si le gouvernement travaille bien, j'espère qu'il vivra jusqu'en 2011. Mais en revanche, si on va de crise en crise, alors c'est peut-être mieux de revoter en 2009".

Avec Belga

Nos dernières videos