Les premiers éléments de l'enquête menée depuis son interpellation à propos du braqueur de la Fortis lundi à Charleroi ont permis d'établir qu'en fait, il avait menacé clients et préposés à l'aide d'un pistolet d'alarme. Il a tiré à eux reprises, sans faire de blessé. Seuls deux otages sont restés jusqu'en fin de matinée avec lui. Toutes les autres personnes présentes à ce moment dans l'agence bancaire de l'avenue de Waterloo avaient pu s'enfuir dès son arrivée.