Ouf de soulagement à Namur ! Les « Merles » ont mis fin à une série de six défaites consécutives. Mais la soirée aurait pu, à nouveau, mal tourner.

Assistance : +/- 800 spectateurs.

Arbitre : M. Dierick.

Cartes jaunes : Boukamir, Milosevic, De Groote.

But : Fasano (1-0, 56e).

UR NAMUR : Habran, Ntamé, Fasano, Boukamir, Regnier, Colinet, Bukran, Tshiala, Weydisch, Beersaerts, Sbaa.

OSTENDE : Van Ryckeghem, Coudeville, Pecqueux, Milosevic (86e Vandenberghe), Gomez, Maiga, Liard, De Groote, Vandendriessche, Caramazza (73e Dekeyser), Kaiper.

Le marquoir entre dans sa 58e minute quand Mario Fasano, décalé par Bukran dans le rectangle, parvient à tromper Van Ryckeghem. Comme tétanisé, le buteur des Merles marque d'abord un temps d'arrêt puis explose, entouré par tous ses coéquipiers. « Sur le but, j'ai revu ces six semaines cauchemardesques où nous arrivions le lundi à l'entraînement avec le moral à -5. Que ce but et ces trois points font du bien », reconnaissait, après coup, le héros de la soirée.

Une soirée qui aurait à nouveau pu très mal tourner pour les Merles, loin de leur meilleur niveau en première mi-temps. Heureusement pour eux, en face, Ostende galvaudait plusieurs très grosses opportunités.

Dans une configuration tactique assez inédite, avec trois défenseurs, Sbaa seul devant et Tshiala, Beersaerts et Weydisch en soutien, Namur alertait assez vite le jeune et prometteur Van Ryckeghem. Mais le tir de Sbaa et le coup franc de Beersaerts ne faisaient pas mouche.

En neuf minutes, de la 18e à la 27e, Ostende se créait quatre énormes possibilités. Mais à l'image du petit ivoirien Kaiper (seul dans le rectangle, sa tête prenait la direction... opposée au but), les attaquants côtiers manquaient de précision et surtout de sang-froid au moment de conclure. La chance ostendaise était passée et Namur tentait d'en profiter mais le tir de Sbaa puis la tête de Tshiala ne surprenaient pas le dernier rempart visiteurs. Juste avant le repos, Boukamir jouait au pompier de service pour sauver sur la ligne un essai de Kaiper que ses équipiers voyaient déjà au fond.

Visiblement déterminés en remontant sur la pelouse, les Merles donnaient enfin l'impression de vouloir se révolter. Sbaa, très présent devant, obligeait Van Ryckeghem à sortir de son rectangle de manière un peu litigieuse pour sauver les meubles. Une minute après, Fasano délivrait toute son équipe. Libérés par ce but, les Merles développaient alors, par séquences, leur football vif et précis du premier tour. Ostende ne trouvait plus la parade mais restait néanmoins menaçant face à des Namurois qui évitaient de prendre des risques. En contres, Sbaa et Weydisch exploitaient les brèches mais ne parvenaient à conclure. Dès lors, le coup de sifflet de M. Dierick sonnait comme une libération. Les Merles pouvaient enfin communier avec leur public, lui aussi frustré depuis des semaines.