DIVISION 1 régionale

Ce Namur-là mériterait les play-off UR Namur Loyers 79 51

18-12, 23-12, 14-11, 24-16.

UR NAMUR : 28/57, 19/24 l.f., 18 f.p., Foudil 7 (1x3), Reyserhove 6, Dubois 6, Lahaye 28 (1x3), Sacré 12, Delattre 3, B. Thiry 4, Buckenhoudt 11 (1x3).

LOYERS : 16/59, 15/23 l.f., 23 f.p., Marchal 3 (1x3), Gonsette 2, Monrocq, Bernier, J.-B. Thiry 9, Basone 9 (1x3), Garraux 13 (1x3), Jandrain, Fivet 2, Huegaerts 9 (1x3), Debeque 6.

«Ils ne sont pas venus ! », se lamentait le président de Loyers, José Copay. « Avec une équipe comme cela, c'est Namur qui devrait être à notre place au classement », ajoutait Jacques Grégoire, le coach visiteur. Les Namurois ont joué une partition presque parfaite, pourtant privés de Cleymans suspendu et De Clercq absent. Avec calme surtout, avec méthode et collectif, ils patientent jusqu'à 8-8 à la 5e avant de développer leurs arguments. Ils se détachent en resserrant drastiquement le secteur défensif intérieur : 18-12 à la 10e. Loyers a rarement connu une disette offensive de cette envergure cette saison au point d'encaisser un singulier 16 à 2, de 8-10 à 24-12.

Les événements ne parlent guère en faveur des Rouges, comme ce nez martyrisé de Monrocq qui l'écarte du match et cette quatrième faute de l'indispensable pivot Fivet au quart d'heure.

Les changements défensifs loyersois tempèrent quelque peu les ardeurs namuroises mais l'apport de Garraux et Basone ne parvient pas à inverser la tendance : 41-24 au repos.

La tendance, elle est toujours imprimée par les Jaune et Noir, par la précision dans les passes de Foudil, mais surtout par le très aérien Lahaye à l'approche de l'anneau : 49-26 à la 23e. En outre, décapités à l'intérieur, les visiteurs sont particulièrement surveillés sur les ailes, là où, en temps normal, ils recèlent quelques fines gâchettes. Et il faut en fait patienter jusqu'à la 28e avant que Loyers n'accentue la pression qui provoque quelques brèches dans la défense adverse (55-35 à la 30e). Debeque s'y engouffre emmenant Garraux et le jeune cadet, J.-B. Thiry. Mais les hommes d'Hugo Descamps ont la main chaude et s'imposent largement.