PROMOTION D

Deux buts dans les arrêts de jeu Bertrix Meux 2 2

Arbitre : M. Étienne.

Cartes jaunes : Ventura, Simonis, Guillaumin, Trimboli, Chantinne.

Carte rouge : Collinet (79e, 2 j.).

BERTRIX : Bodet, De Sa, Brillant, Derhet (71e M. Goffaux), V. Goffaux (59e Villalba), Lamara, Mathieu, Ventura (79e Marcolongo), Guillaumin, Simonis, Copette.

MEUX : Debuisson, Scailteur, Boclain (61e Ruidant), Servais, Branchina, Collinet, Revillod, Trimboli, Sbaa, Debry, Pary (72e Chantinne, 91e Delvigne).

Quels arrêts de jeu ! Les Bertrigeois pensaient bien fêter une victoire à la bertrigeoise, entendez arrachée dans les ultimes minutes après avoir péniblement retourné le score en leur faveur. Le chrono avait dépassé le temps réglementaire. De Sa, passé dans la ligne médiane, tentait pour la énième fois de faire sauter le marquoir. Plus beaucoup de monde bertrigeois n'y croyait lorsqu'il battait Debuisson d'un essai à ras de terre via le montant. Dans la foulée, les visiteurs ravagés par ce coup du sort, lançaient leurs dernières forces dans l'ultime rabiot de temps que M. Étienne laissait pour une égalisation tout aussi inattendue de Sbaa (2-2)

A la pause, l'avance namuroise reflétait bien la physionomie du match. Dès la 10e, Debry frappait un coup franc dans l'axe, repoussé, mais le même joueur insistait. Sbaa, esseulé, récupèrait et très adroitement fixait Bodet d'une frappe enroulée (0-1). Accrocheurs, les visiteurs avaient vite saisi le doute qui agitait leur hôte. Collinet frappant la barre, était même passé à deux doigts du break (35e). La seconde période s'avéra un tantinet plus emballante. Villalba, Derhet, De Sa de plus en plus offensif au fil du temps, secouèrent Debuisson. Et après l'égalisation de Lamara (76e), Martial Goffaux mis sur orbite par De Sa gâchait une super opportunité. La finale qu'on connaît déclenchait la folie joyeuse des Namurois. « On est passé par tous les sentiments en quelques secondes, confiait Philippe Gruden. C'est un super point que l'on peut revendiquer sur l'ensemble de la partie. On pouvait même plus. Trois points nous auraient fait tellement de bien. Nous avons formé un bloc, mais sans pratiquer du foot négatif.»