provinciale 2c

Où était le collectif stavelotain ? Battice Stavelot 3 1

Arbitre : M. Stassart..

Cartes jaunes : Naway, Lecluse, Thibaut.

Buts : Lecluse (40e, 0-1), Mayon (46e, 1-1), Maréchal (61e, 2-1), Rasquinet (63e, 3-1).

BATTICE : Hendrick, Stéphane Bosard, Doll, Nicolas Crahay, Dellicour, Aldenhoff, Mayon (91e Christophe Crahay), Rasquinet (81e Bosquin), Sterck, Maréchal, Charlier (88e Neycken).

STAVELOT : Istace, Lenaerts, Naway, Lecluse, Malempré, Thibaut, Wildemeersch, Fontaine, Deru (62e Lefebvre), Crahay, Ayvazoglu (77e Ghanima).

Poussé par Eole, Stavelot se crée la première occasion dangereuse de la partie lorsque Malempré centre en retrait pour Crahay, esseulé au point de penalty. Mais l'attaquant des visiteurs passe à côté du ballon au moment d'armer sa frappe (7e). Dix minutes plus tard, Mayon réplique pour les locaux d'un envoi vicieux mais Istace est à la parade.

Peu après la demi-heure de jeu, un long ballon de Lecluse place Crahay en bonne position. Le tir de l'avant stavelotain est cependant trop faible pour inquiéter Hendrick. Stavelot obtient ensuite un bon coup franc juste avant la pause. Au moment où Ayvazoglu s'apprête à le botter, Lecluse replace le ballon et prend ses responsabilités, malgré la désapprobation de son coach et de ses équipiers. Pourtant, bien lui en a pris puisque son envoi contourne le mur et prend à contre-pied le portier local.

«Nous avions décidé de jouer contre le vent en première mi-temps et nous avons bien géré ce facteur jusqu'à ce but qui vient un peu de nulle part», regrette l'entraîneur de Battice, Serge Kessel. «Ceci dit, à la pause, je n'avais rien à reprocher à mes joueurs, qui étaient motivés et bien décidés à montrer de quoi ils étaient capables en seconde période.»

Cette rage de vaincre, les Batticiens ne tardent pas à la démontrer puisque, dès la reprise, Mayon reprend victorieusement de la tête un centre de Dellicour.

Les Bleu et Blanc ne se contentent pas de ce point et continuent à mettre la pression sur la formation stavelotaine, réputée pour son organisation et sa rigueur défensive mais méconnaissable au cours de ce second acte. Tout profit pour Maréchal et Rasquinet qui ajoutent, coup sur coup, deux buts à leurs couleurs. Battice aura encore l'occasion d'alourdir la marque mais s'impose finalement sur le score de 3-1.

«Cette défaite est logique dans le sens où la plupart de mes joueurs ont évolué en dessous de leur niveau», regrette le coach visiteur, Albert Dewaay. «De plus, je les ai vu se critiquer les uns les autres au lieu de s'occuper de leur propre tâche, ce qui est plutôt inhabituel de leur part.»