Basket

Une démonstration de puissance Mons Charleroi 76 87

Il y a un mois à peine, personne n'aurait imaginé les Spirou capables de jouer au niveau affiché samedi. La victoire acquise dans l'antre des Renards n'en est que plus belle. L'explication est relativement simple : l'arrivée du coach Anzulovic a fondamentalement modifié la donne. Ce qui était une collection de talents individuels, s'est mué en une force collective impressionnante. « Le nouveau coach a livré du bon boulot. Charleroi est devenu une vraie équipe, chaque joueur y trouve sa place, faisait observer Finch. Il y a désormais plus d'énergie dans tous les détails qui font la différence ».

Après une première période assez équilibrée (45-43), les Renards n'ont pas trouvé la parade pour déjouer l'intensité défensive des Spirou. Dans le troisième quart, Mons n'aura inscrit que 9 points (1/10 à 3 pts et 1/5 pts). « En deuxième mi-temps, nous n'avons plus su marquer, c'était assez frustrant pour les joueurs », ajoutait encore le coach américain.

Privés de la précision de ses artilleurs, les Borains n'ont même pas su compter sur le jeu intérieur pour rétablir l'équilibre, Finch en est bien conscient. « Notre meilleur joueur intérieur pour l'instant, c'est Sullivan. Ebong et Evans ne sont pas dans le coup ces derniers temps. Ils ne sont pas en phase avec le reste de l'équipe en zone offensive ».

Anzulovic est quant à lui resté modeste dans la victoire, ne manquant pas au passage de féliciter les Montois pour leur performance sur la scène européenne. « Nous avons eu le loisir de préparer cette rencontre pendant 7 jours. En deuxième période, j'ai vu le jeu que je souhaitais voir en contrôlant à la fois le rebond et en contrant le jeu offensif de Mons. C'est une grande victoire pour mes joueurs ».

Walsh progresse

Outre la victoire, Charleroi peut aussi se féliciter des progrès de Walsh. Peu à l'aise à son arrivée, le nouveau joueur commence à trouver ses marques comme en témoignent des statistiques très honorables (12 points, 7 rebonds, 5 assists). Assurément un atout supplémentaire dans un effectif déjà très riche. « Quand il a signé, il n'était pas au point physiquement. Il a désormais trois semaines de travail intensif derrière lui. C'était une bonne rencontre pour lui et il devra encore progresser », espère Anzulovic.

Dans ce flot de bonnes nouvelles carolorégiennes, on en oublierait presque que Jordan est toujours sur la touche. Blessé, le meneur américain a montré une belle solidarité avec ses équipiers tout au long de la rencontre. Son retour est annoncé pour la semaine prochaine à l'occasion de la venue de Bree. Encore un match au sommet!