Mijade passe des enfants aux adolescents

(photo EdA)

Après Memor, la maison d'édition namuroise spécialisée dans l'album jeunesse vient de racheter Zone J, une collection de romans pour adolescents.

S'adressant avec des albums de qualité aux bambins de deux à sept ans, Mijade s'est imposée, en quinze ans, sur un terrain pourtant déjà bien occupé. L'an dernier, cette maison d'édition namuroise a choisi de s'ouvrir à un public plus âgé en reprenant la collection jeunesse de Memor. Et elle a récidivé il y a quelques mois avec le rachat de Zone J publiée jusqu'alors par Labor. «Il nous a semblé que le moment était venu de développer notre catalogue sans pour autant perdre notre identité, explique Muriel Molhant, éditrice chez Mijade après l'avoir été chez Labor. Et rassembler ces deux collections jeunesse est cohérent, car plusieurs auteurs figurent dans l'une et l'autre.»

Ces livres ont été répartis sur deux collections, Mijade Zone J pour les 12-15 ans et Mijade Roman pour les 16 ans et plus. Plusieurs titres ont déjà été réédités en Zone J, notamment ceux de Patrick Delperdange (Comme une bombe), Diane Meur (Le prisonnier de Sainte-Pélagie), Thomas Gunzig (De la terrible et magnifique histoire des créatures les plus moches de l'univers), Bernard Gheur (Le lieutenant souriant) ou Nicolas Ancion (Carrière Solo). Et en Roman, ceux de Xavier Deutsch (Tombé du camion), Franck Andriat (Tabou) ou Armel Job (Les Fausses innocences).

Ces deux collections se veulent ouvertes à tous les genres et sujets. Zone J, par exemple, se décline en Humour, Fantastique, Enquête, Sentiments, Amitié et Récits de vie. Chez Roman, où une attention particulière est accordée à l'écriture, trois nouveaux titres sont annoncés pour la mi-mars : La dernière licorne d'Eva Kavian, Ben X de Nic Balthazar et Daddy Road Killer de Florence Aubry.