Jersey: nouvelles découvertes suspectes

Nouvelles découvertes inquiétantes à Jersey. (photo Reuters)

La police de Jersey a repris les fouilles dans un ancien orphelinat dans le cadre de l'enquête sur des sévices présumés. Elle a annoncé lundi avoir fait de nouvelles découvertes dont une baignoire en béton et un message poignant sur un mur.

En déblayant une cave murée au sous-sol du Haut de la Garenne, percée la semaine dernière, les enquêteurs ont trouvé une grande baignoire en béton où, selon des témoignages de victimes, des enfants auraient été plongés dans de l'eau froide avant de subir des sévices physiques ou sexuels.

La police a diffusé des photos de l'intérieur de cette cave basse et sombre où, non loin de la baignoire, est inscrit sur un panneau en bois le message suivant: "Je suis méchant depuis des années et des années".

Une pièce de punition

"Nous n'avons aucune idée pour le moment de qui est l'auteur (du message) et depuis combien de temps il est là", a déclaré lors d'une conférence de presse le porte-parole de la police, Lenny Harper.

Plusieurs victimes ont affirmé que cette cave servait de "pièce de punition" où les enfants étaient mis à l'isolement et violentés, physiquement ou sexuellement.

Un certain nombre d'ossements ont également été trouvés dans le jardin de l'établissement, près de l'endroit où un crâne d'enfant avait été découvert le 23 février, selon le porte-parole. La plupart d'entre eux sont d'origine animale, et rien à ce stade ne permet de penser que les autres sont humains, selon le porte-parole.

160 victimes

Les enquêteurs estiment qu'une "culture" d'abus physiques ou sexuels a pu se développer à certaines périodes au Haut de la Garenne, ancien orphelinat devenu un foyer pour enfants en difficultés jusqu'en 1986, a-t-il expliqué.

L'établissement a été transformé en auberge de jeunesse depuis 2004. M. Harper a déclaré pencher davantage pour cette hypothèse que pour celle d'un "réseau pédophile", a déclaré M. Harper. "Il semble qu'à certaines périodes, (le Haut de la Garenne) fonctionnait comme il se doit", a-t-il ajouté.

Environ 160 victimes présumées se sont déclarées depuis le début des recherches en novembre dernier, certaines faisant état de sévices systématiques sur une période de 40 ans environ entre les années 1950 et la fin des années 1980.

Avec Belga