Drogue : ça planerait fort dans nos aéroports

La drogue transiterait par la Belgique avant d'être principalement acheminée vers les pays voisins. (photo Belga)

Chaque année, environ 60 tonnes de cocaïne et 30 tonnes d'héroïne transitent via les ports et aéroports belges. Zaventem et Anvers seraient ainsi considérés comme des plaques tournantes pour trafic de drogue. L'info aussi en vidéo.

C'est ce qu'écrit lundi De Morgen sur base d'un rapport de l'International Narcotics Control Strategy du ministère américain des Affaires étrangères.

Le nombre de passeurs de drogues qui ont débarqué à Zaventem en provenance d'Afrique, a fortement augmenté l'année dernière. En 2007, 116 d'entre eux ont été interceptés, selon le rapport. "La quantité de cocaïne saisie à l'aéroport représente un quart de la quantité totale de cocaïne saisie", ajoute-t-il.

L'aéroport Bruxelles-National est également de plus en plus utilisé pour faire entrer de l'argent issu de pratiques criminelles, éventuellement de trafics de drogues.

Anvers reste le port favori des organisations criminelles pour le transit de cocaïne sud-américaine vers l'Europe. Selon le rapport, "il est prouvé que des travailleurs du port anversois sont impliqués dans la réception et le déchargement de la cocaïne". Dans un ancien rapport, le ministère américain des Affaires étrangères avait estimé qu'environ 16 tonnes de cocaïne transitent annuellement via le port d'Anvers. "Mais les chiffres réels sont largement supérieurs, peut-être autour des 60 tonnes", affirme le nouveau rapport.

Le trafic de cocaïne vers la Belgique est contrôlé par des organisations colombiennes, qui disposent de complices en Afrique et en Belgique.

Le rapport pointe par ailleurs du doigt les magasins de téléphonie, qui font souvent office d'agences bancaires illégales.

Avec Belga