Fin de l'opération "Hiver chaud" à Gaza

L'armée israélienne a été critiquée pour un usage jugé disproportionné de la force et de lourdes pertes dans la population civile. (photo Reuters)

Des dizaines de morts, d'importants dégâts et un coup au fragile processus de paix avec les Palestiniens : tel est le lourd bilan de l'opération "Hiver chaud". L'armée israélienne y a mis fin en se retirant ce lundi matin des secteurs qu'elle occupait dans le nord de la bande de Gaza.

Pour stopper ou du moins réduire les tirs de roquettes sur le sud d'Israël, l'armée israélienne avait poursuivi dimanche et dans la nuit une offensive meurtrière lancée la veille qui s'est soldée par la mort de plus de 70 Palestiniens, dont des femmes et des enfants, alors que deux soldats étaient tués. Si l'on compte les morts depuis mercredi, où un Israélien a été tué par une roquette, plus d'une centaine de Palestiniens ont été tués.

En termes diplomatiques, l'opération s'est soldée par des critiques dans le monde contre Israël pour un usage jugé disproportionné de la force et de lourdes pertes dans la population civile de Gaza, même si les tirs de roquettes palestiniennes ont également été condamnés. Surtout, elle s'est soldée par une suspension par l'Autorité palestinienne de tout contact et négociations de paix avec Israel, à quelques jours d'une nouvelle tournée dans la région de la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice destinée à relancer le processus initié à Annapolis en novembre.

Le porte-parole militaire israélien a ajouté que l'opération avait pour objectif de frapper les infrastructures des groupes terroristes qui tirent des roquettes contre les agglomérations israéliennes. Il a fait état de la destruction par les forces terrestres ou aériennes d'un certain nombre d'ateliers de fabrication de roquettes et de la prise d'importantes quantités d'armes. L'armée israélienne a indiqué dimanche soir avoir arrêté en outre une cinquantaine de suspects palestiniens.

Malgré l'ampleur de l'offensive israélienne, la plus meurtrière depuis 2000, 24 roquettes se sont abattues dimanche sur le sud d'Israël. La police a fait état d'un blessé, et indiqué qu'en soirée un autre engin avait frappé une maison à Ashkelon, dans le sud d'Israel.

Le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a annoncé la mort de 37 de ses combattants dans l'offensive, et celle d'une dizaine d'autres activistes. Deux soldats israéliens y ont été tués samedi, et deux autres blessés dimanche.

Avec Belga