football Promotion D

Un entraîneur taminois honteux Aische Tamines 1 0

Arbitre : M. Costermans.

Cartes jaunes : Autenne, Mouton, J. Roman, A. Roman, Politi.

Cartes rouges : Severino (42e), Debourg (56e, 2 c.j.), Cassan (68e).

But : Denil (1-0, 21e).

AISCHE : Lievens, Mercier, Filée, Severino, Buangombo, Trotoir, Denil, Marchal (58e Poels), Debourg, Lamatina (78e Hastir), Dethier (82e Hasni).

TAMINES : Quévy, Patris, Cassan, Yildiz, Autenne, J. Roman (60e Cigana), Chiacig, Di Nolfo (73e Altun), Politi (78e Sacré), A. Roman, Mouton.

«Ce soir (lisez samedi), je suis honteux d'être l'entraîneur de la Jeunesse Tamines ». Difficile de donner tort à un Philippe Rasquin dépité au terme de ce tout petit derby. À 11 contre 10 puis à 11 contre 9, son équipe, sans âme, n'a jamais réellement mis Aische en difficulté.

Les hommes de Roch Gérard entamaient cette rencontre pied au plancher et se créaient quatre occasions en cinq minutes à peine. La plus belle était pour Dethier. Sans une parade de Quévy, le superbe essai lointain du meilleur buteur local terminait sa course dans la lucarne. Deuxièmes sur la balle, les Taminois réagissaient timidement. Isolé par le petit Politi, A. Roman calibrait mal son essai. C'était en fait l'unique réelle opportunité visiteuse au cours des 45 premières minutes ! En face, après une phase litigieuse dans le rectangle suite à un duel entre Dethier et Patris, Denil surgissait sur le centre de Trotoir pour donner l'avance à Aische de la tête.

Alors qu'Aische gérait tranquillement et alertait même encore Quévy via Debourg, Severino mettait les siens en difficulté juste avant le repos. Après un tacle offensif de Mouton sanctionné par une jaune, le défenseur local se relevait et bousculait Mouton. M. Costermans excluait logiquement Severino pour ce geste stupide.

À dix, Aische subissait une légère pression dès la reprise. Pression qui s'accentuait quand Debourg écopait d'un deuxième carton jaune peu avant l'heure de jeu. Cigana montait au jeu au détriment d'un défenseur mais face à un bloc bien regroupé et manquant d'inspiration, Tamines se cassait les dents. A. Roman se démenait sur son flanc mais il ne trouvait pas beaucoup d'échos auprès de ses coéquipiers. Pire, sur contre-attaque, le poison nommé Dethier obligeait Cassan à commettre la faute dite nécessaire. L'arbitre sortait la rouge alors que son juge de ligne avait, semble-t-il, signalé une position de hors-jeu.

À dix mais toujours en supériorité numérique, Tamines s'accaparait le cuir et campait dans le camp aischois. Lievens passait pourtant une soirée tranquille, les Taminois manquant tout simplement de hargne. Tout le contraire des Aischois qui infligeait à leur hôte leur 3e défaite d'affilée.