débutants À St-Séverin

Cédric Demonceau surclasse le vent

Le Batticien du Prédictor-Lotto VCA Cédric Demonceau , auteur d'une magistrale démonstration à St-Séverin, débute la saison en fanfare.

St-Séverin deviendra-t-elle la commune fétiche de Cédric Demonceau? Vainqueur en terre condruzienne il y a douze mois pour sa première course chez les débutants, le Batticien a récidivé dans l'épreuve d'ouverture de la saison liégeoise. Et de quelle manière... En passant à l'offensive dès les premiers kilomètres avant de réussir un magistral solo dans des conditions climatiques éprouvantes. Mais s'il a souvent plié dans la tempête, le coureur du VCA n'a jamais rompu... Mieux même: il reléguait son premier poursuivant à plus de deux minutes au franchissement final de la ligne.

«Il y a une semaine à Geer, j'avais affirmé que ma première vraie sortie serait St-Séverin. Un circuit que j'apprécie. Lorsque Depasse est passé à l'attaque dès le premier tour, j'ai immédiatement pris son sillage en espérant le renfort d'autres coureurs. Mais l'homme de Sprint 2000 n'a tenu que quelques bornes et j'ai décidé de poursuivre seul mon effort à mon rythme. Je n'ai vraiment connu qu'un moment difficile dans l'avant-dernier tour. J'ai heureusement pu compter sur le soutien de mes équipiers qui, à l'arrière, ont jugulé toute tentative de contre. Ce fut très dur dans ce vent violent. Il n'a manqué que la pluie... que j'adore!»

Après l'attaque précoce du tandem Depasse-Demonceau, ce dernier ne tardait pas à se retrouver seul au commandement. Après une réaction sans succès de Craeghs, ce dernier était rejoint par Kerf, Pons et Wertz, deux équipiers du leader. Le manque d'entente dans le quatuor de poursuite était mis à profit par six coureurs (Beelen, François, Sacré, Lafourte, Vekeman et le Hollandais Slik) pour opérer la jonction. Alors que Demonceau s'en allait cueillir son premier bouquet de la saison, le sprint à dix pour le premier accessit revenait à Craeghs devant un excellent Jérôme Kerf.

«Cédric était un ton au-dessus. Dans des conditions climatiques que je n'affectionne guère, j'ai rempli mon contrat. Dans le final, j'ai porté deux attaques mais les équipiers du vainqueur ont immédiatement réagi. Je me suis alors réservé pour le sprint en visant une place sur le podium.»