Provinciale 4F

Cornesse garde ses distances A.Welkenraedt Cornesse 0 0

Cartes jaunes : Naway, Dubois, Reinertz, Flon.

ALLIANCE WELKENRAEDT : Klinkenberg, Props, Gotal (80e Rodriguez), Naway (65e Kistemann), Dubois, Genis, Stassen, Houbiers, Thelen, Gutkin (65e Reinertz), Nyssen.

CORNESSE : Lamy, Maréchal Patrick, Talmas, Beaumaikers, Piron (70e Botterman), Detiffe, Malmendier, Ansion, Monville, Flon, Maréchal Michaël.

Les Cornésiens ont le sourire. Attendu comme un tournant dans la lutte pour le titre, ce sommet a finalement accouché d'une souris. Le vent souffle et les spectateurs se sont déplacés en nombre pour y assister. Mais le score demeura vierge tout au long de la rencontre.

Après un round d'observation, ce sont les leaders qui pointent le bout du nez près de la cage de Klinkenberg. Bien servi par Talmas, M. Maréchal se retourne et shoote, mais son envoi frôle le montant. La réaction est immédiate, mais il manque une pointure à Nyssen pour conclure. Un nouveau coup-franc, botté par Ansion, est dévié par le portier de l'Alliance. Une nouvelle fois, la réplique ne se fait pas attendre. Alors que les supporters locaux poussent leur équipe à aller vers l'avant, Gutkin manque de déflorer la marque. Parti à la limite du hors-jeu, il se heurte au gardien avant de trouver le montant. C'est avec un petit goût de trop peu que les spectateurs vont se réchauffer, espérant davantage de spectacle en seconde période.

Gilbert Hendrikx, T1 local, sent qu'un bon coup est peut-être à la portée de ses hommes. «Je n'avais pas changé ma tactique pour la venue des leaders, nous savions qui nous devions tenir à l'oeil. Mais c'était vraiment délicat de composer avec le vent. Je leur ai demandé de ne pas abuser de longs ballons afin de poser notre jeu au sol. Malgré mes trois attaquants, nous n'avons pas trouvé l'ouverture.» Cornesse non plus.

La seconde période recommence sur des chapeaux de roue... pour les joueurs de l'Alliance. Houbiers récupère le cuir à l'entrée du petit rectangle, mais son envoi est repoussé par un défenseur cornésien. Leur chance était passée.

Cornesse monopolise davantage le ballon, tout en ne parvenant pas à se ménager de réelles occasions. Ce n'est qu'à l'heure de jeu que Talmas a au bout du pied le but d'ouverture. Mais il perd son duel face au portier local, Klenkenberg.

Rien d'autre à se mettre sous la dent avant le terme de la rencontre, gagnée moralement par la troupe de Christian Flon «Il ne fallait évidemment pas perdre. Nous gardons ainsi quatre unités d'avance, mais rien n'est encore joué.»