PROVINCIALE 3D

Le «Rapid» Oudler au ralenti... Walhorn Oudler 3 0

Arbitre: M. Theodoridis

Cartes jaunes: P. Niessen et Theissen

Buts: Krafft (43e, 1-0), Hardy (56e, 2-0), Classen (74e, 3-0)

WALHORN: Henrotte, Hardy (70e, Classen), Emontz (62e, Teller), Rodriguez, Bohn, Krickel, Krafft, Müller (52e, Köttgen), Drouven, Populaire, Falter

OUDLER: Reiss, S. Messerich (19e, Wilmes), P. Niessen, Richter, K. Niessen, Aerts (77e, Kreins), Luchte, El Hajjajy (57e, Datou), Kleis, Stellmann, Theissen

Face au vent, l'équipe de Walhorn éprouve quelques difficultés pour se mettre en route. La première possibilité est pour Oudler mais la tentative de Kleis est contrée par un défenseur.

Au quart d'heure, Walhorn parvient à équilibrer les échanges et se crée ses premières occasions. Un essai de Hardy trouve le filet latéral, Müller a une double possibilité mais il est contré par un défenseur à deux reprises.

Le match est d'un petit niveau, les occasions sont aussi rares que les mauvaises passes sont nombreuses. Petit éclair pourtant à la demi-heure lorsque Krickel se trouve esseulé au second poteau. Le médian de Walhorn tente la volée mais frappe à côté du cuir.

Alors qu'on s'achemine vers un 0-0 au repos, Hardy y va d'un tir puissant que Reiss doit détourner en corner. Sur ce coup de coin, la défense du Rapid oublie Krafft qui fait 1-0 de la tête.

«Nous ne sommes pas bien rentrés dans ce match, expliquait Dirk Willems, le coach de Walhorn. En 1re période, nous manquions de volonté, nous n'étions qu'à 90 % de possibilité.»

«Sur le 1er but, nous nous sommes fait avoir comme des minimes, râlait Alfred Dhur. Après la pause, je ne disposais plus que de 4 ou 5 joueurs qui avaient envie de se battre. Nous n'avons plus rien montré.»

En effet, il n'y a plus que pour Walhorn à la reprise. À la 56e, une superbe frappe de Hardy trouve la lucarne de Reiss, c'est 2-0. Oudler est K.O. debout, Walhon peut dérouler.

«Nous avons contrôlé le match, nous n'avons plus laissé une seule occasion à Oudler. Nous avons mis un 3e but mais nous aurions certainement pu en mettre 5.»

Dirk Willems n'exagérait pas. À la 74e, Classen ponctue avec sang-froid un contre orchestré par Köttgen et Krickel. Ses équipiers ont moins de réussite. Reiss sort quelques jolies parades face à Krafft, Classen et Köttgen.