Un naufragé survit 24 jours en mer des Caraïbes avec une bouteille de… ketchup (vidéo)

Un naufragé en mer des Caraïbes a survécu 24 jours en se nourrissant uniquement de ketchup avant d’être sauvé dans les eaux colombiennes.

Belga
This undated handout picture released on January 18, 2023 by the Colombian National Navy shows Dominican Elvis Fracois being checked after his rescue on the caribbean sea in Colombia. - A Dominican man was lost for almost a month aboard a sailboat in the Caribbean Sea and survived eating ketchup before being rescued in Colombian waters, the country's naval authority reported Wednesday. (Photo by Colombian National Navy / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / COLOMBIAN NATIONAL NAVY" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

”Je n’avais rien à manger, juste une bouteille de ketchup, de la poudre d’ail et des Maggi (cubes de bouillon). J’ai tout mélangé avec de l’eau pour survivre pendant environ 24 jours”, a raconté Elvis Francois, un Dominiquais de 47 ans, dans une vidéo publiée par la marine colombienne.

Le rescapé avait écrit le mot “help” (aide en anglais) sur la coque de son voilier sur lequel il a été retrouvé à 120 miles nautiques (environ 220 km) au nord-ouest de Puerto Bolivar, dans le département septentrional de La Guajira.

”Le 15 janvier, j’ai vu passer un avion. J’avais un miroir et j’ai commencé à envoyer des signaux” avec la réflexion du soleil, “quand je l’ai vu passer deux fois, j’ai compris qu’ils m’avaient vu”, explique-t-il.

La marine colombienne est rapidement venue lui porter secours avec le soutien d’un navire marchand.

”Aucune connaissance de la navigation”

En décembre, alors que cet habitant de la Dominique réparait un voilier en face d’un port de Saint-Martin, une île du nord-est des Antilles, il a été “emporté vers le large” en raison de mauvaises conditions météorologiques, selon un communiqué de la marine.

”Sans aucune connaissance de la navigation, il était perdu et désorienté en mer, ses efforts pour manœuvrer le navire et les équipements à bord n’ont servi à rien”, ajoute la même source.

À plusieurs reprises, il a essayé de passer des appels, mais en vain, faute de réseau.

”Je ne pouvais rien faire d’autre que m’asseoir et attendre […] 24 jours loin de la terre, sans personne à qui parler, sans savoir quoi faire, ni où je me trouvais. C’était dur, par moments je perdais espoir, je pensais à ma famille”, a-t-il confié.

Il a été remis aux services d’immigration afin qu’ils organisent son retour à la Dominique.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...