Des gardiens de prison privés de téléphone pendant le mondial, pour éviter les distractions et les évasions

Les autorités ougandaises ont interdit aux personnels pénitentiaires d’utiliser leurs téléphones portables durant la période de la Coupe du monde 2022.

AFP
 Les évasions de prison à grande échelle sont fréquentes dans les prisons ougandaises, souvent surpeuplées.
Les évasions de prison à grande échelle sont fréquentes dans les prisons ougandaises, souvent surpeuplées. ©AFP

En effet, les détenus pourraient profiter de "l’enthousiasme" entourant la compétition de football au Qatar pour organiser des évasions, estiment-elles.

"Le début du tournoi de la Coupe du monde de football le 20 novembre 2022 et son enthousiasme pourraient donner lieu à des évasions des prisonniers", a déclaré le porte-parole du Commissaire général des prisons, Frank Mayanja Baine, dans un communiqué lundi.

"Le personnel ne doit pas se présenter au travail avec des téléphones car ils détournent l’attention et interfèrent avec le niveau de vigilance", ajoute le communiqué, ordonnant aux responsables des établissements pénitentiaires de renforcer la sécurité dans les zones "où les prisonniers peuvent regarder du football".

Les évasions de prison à grande échelle sont fréquentes dans les prisons ougandaises, souvent surpeuplées.

En septembre 2007, plus de 200 détenus se sont évadés d’une prison de haute sécurité dans la région de Karamoja, dans le nord-est du pays.

En 2006, 500 détenus se sont également fait la belle d’un établissement pénitentiaire d’Arua, dans la région du Nil occidental (nord-ouest).

L’Ouganda compte plus de 6.000 détenus dans ses établissements pénitentiaires, selon les registres officiels.