#BalanceTonInfluenceur: «Parfois, j’imagine j’ai une meuf dans ma cave», un influenceur accusé d’obscénités envers des femmes mineures

La twittosphère se déchaîne depuis ce jeudi 30 juin. Des femmes, dont des mineures accusent des influenceurs et youtubeurs de divers comportements toxiques. Le streameur Amaru est au centre de cette spirale.

La Rédaction de l’Avenir
 Le streameur Amaru est accusé de propos obscènes et de manipulations envers des jeunes femmes mineures.
Le streameur Amaru est accusé de propos obscènes et de manipulations envers des jeunes femmes mineures. ©Capture d’écran -  EdA

C’est au tour du milieu des influenceurs et de YouTube d’ouvrir la boîte de Pandore. Après les accusations multiples de viol et de violences psychologiques contre Léo Grasset (DirtyBiology), d’autres figures du stream et des réseaux sociaux sont visés.

Depuis ce jeudi 30 juin, les témoignages de femmes majeures et mineures abondent sur Twitter. Face à cela, les fans sont scandalisés. La machine est partie pour visibiliser des histoires sordides.

La face sordide des relations virtuelles

Une streameuse Twich du jeu League Of Legends témoigne. Claire Trancy via le pseudonyme Twitter @pastaboxshawty explique s’être liée à lui. Lors d’un service rendu pour débloquer le compte messenger de l’influenceuse, à l’époque âgée de 15 ans, Amaru aurait enregistré des nudes (du contenu qu’elle aurait oublié) pour les diffuser publiquement ensuite.

Elle n’est pas la seule. Les témoignes se multiplient. Dans les captures d’écran d’une conversion privée, Amaru s’épanche auprès d’une twittos sur des fantasmes problématiques. "En fait, quand je me fais chier, je pense à des bails de cul. (...) Bourrée, défoncée, endormie, évanouie, attachée, peu importe." Ce à quoi la jeune femme questionne "mais qu’elle soit consentante ou pas?" Le streamer relativise: "Ca change rien, elle est ni d’accord, ni pas d’accord genre."

Une notion du consentement qui pose question, mais ce n’est pas tout. Plus loin, il écrira "Parfois, j’imagine j’ai une meuf dans ma cave tu vois. Et j’descend qd je veux faire des trucs tres tres sombres". Un discours qui n’annonce rien de sain à une jeune femme qui affirme avoir 17 ans lors de l’échange. Cela étant, les captures d’écran ne sont pas authentifiées pour le moment .

Les YouTubers (y compris ceux qui crient sur tous les toits qu’ils sont féministes) qui profitent de la vulnérabilité psychologique de jeunes abonnées pour obtenir des rapports sexuels, on vous voit. La vérité finit toujours par éclater.

Ce phénomène a été dénoncé par Squeezie en 2018. Mais ces rapports de domination continuent. Du haut de leur sphère d’influence, les streameurs et autres célébrités du web profitent de la fascination de leurs jeunes fans pour les manipuler. En 2020, c’est le très connu Norman Thavaud qui est accusé de harcèlement sexuel sur mineure. Une québecoise a même porté plainte contre lui en 2021.