Un sans-abri dans le métavers pour alerter sur l’exclusion (vidéo)

Will, sans-domicile fixe virtuel, se trouve au 3,1 Génésis Plaza à Decentraland, l’une des plateformes de réalité virtuelle du métavers.

AFP
 Will pourra échanger avec les personnes qui viendront à sa rencontre dans cet univers virtuel, explique le président et cofondateur du réseau «Entourage».
Will pourra échanger avec les personnes qui viendront à sa rencontre dans cet univers virtuel, explique le président et cofondateur du réseau «Entourage».

L’association "Entourage" a créé ce mercredi un personnage sans-abri qui évolue dans l’univers virtuel interactif du métavers, afin d’alerter sur l’isolement des plus précaires dans la vie réelle.

Will, sans-domicile fixe virtuel, se trouve au 3,1 Génésis Plaza à Decentraland, l’une des plateformes de réalité virtuelle du métavers.

Contraction de méta et univers, le métavers est un univers parallèle accessible grâce à des lunettes de réalité augmentée ou virtuelle (AR ou VR) et parfois décrit comme l’avenir d’internet. Il suscite l’intérêt des grandes marques qui y investissent des millions, voire des dizaines de millions d’euros.

Il les incitera à aller dans la vraie vie et à utiliser notre application

Le personnage de Will "pourra échanger avec les personnes qui viendront à sa rencontre" dans cet univers virtuel, explique à l’AFP Jean-Marc Potdevin, président et cofondateur du réseau Entourage.

"Il les incitera à aller dans la vraie vie et à utiliser notre application", qui encourage à nouer des liens avec les personnes sans-abri, ajoute-t-il.

Ce personnage sera également mis en scène dans un film publicitaire diffusé sur les réseaux sociaux et à la télévision.

Avant d’accélérer la virtualisation de nos interactions sociales, ne devrions-nous pas prendre soin les uns des autres dans notre monde réel?

Objectif de l’association: interpeller le grand public sur le développement des technologies, qui peuvent affecter les interactions sociales, notamment avec les personnes les plus précaires.

"Avant d’accélérer la virtualisation de nos interactions sociales, ne devrions-nous pas prendre soin les uns des autres dans notre monde réel? En allant à la rencontre de toutes les personnes qui sont seules et isolées et qui se trouvent seulement à quelques mètres de nous?", interroge-t-elle dans un communiqué.