Guerre en Ukraine: une brasserie arrête la bière pour... les cocktails Molotov

Dans une zone industrielle de Lviv, principale ville de l’ouest de l’Ukraine, les employés de la brasserie Pravda ont arrêté la bière. Face à l’invasion de leur pays par la Russie, ce sont désormais des cocktails Molotov qu’ils produisent.

Ionut IORDACHESCU

"Il faut attendre que le chiffon soit bien imbibé. Quand il l’est, ça veut dire que le cocktail Molotov est prêt", explique en souriant un jeune homme, épais anorak rouge et casquette sur la tête, tout en enfonçant profondément un torchon dans une bouteille de bière remplie d’un mélange d’huile et d’essence.

À côté de lui, deux autres employés de la brasserie répètent méthodiquement et dans la bonne humeur les mêmes gestes.

Quelques dizaines de cocktails Molotov prêts à l’usage sont posées sur des tréteaux, protégés de la neige tombant en flocons légers.

Face aux chars russes que les habitants de Lviv craignent de voir arriver dans leur ville, un bastion de l’identité ukrainienne, ces engins incendiaires pourraient sembler dérisoires, mais l’affaire est on ne peut plus sérieuse pour Iouri Zastavny, le propriétaire de Pravda, qui présente son initiative aux journalistes.

"Nous faisons ça car quelqu’un doit le faire. Nous avons les compétences, nous sommes passés par une révolution de rue en 2014 (le mouvement proeuropéen du Maïdan, ndlr), quand nous devions faire et utiliser des cocktails Molotov", explique-t-il, précisant que l’idée était venue de ses employés, dont plusieurs avaient pris part au mouvement.

 Les Ukrainiens font tout ce qu’ils peuvent pour repousser l’assaillant russe.

Fondée en 2014, Pravda est devenue une institution à Lviv. Elle a déjà fait parler d’elle en nommant l’une de ses bières fétiches d’après une insulte envers Vladimir Poutine.

Ses employés ont commencé samedi à produire ces cocktails Molotov destinés à la défense territoriale ukrainienne, des réservistes ayant répondu à l’appel du président du pays Volodymyr Zelensky à prendre les armes.

Les postes de contrôle érigés aux entrées de la ville de 720.000 habitants, où policiers, militaires et volontaires contrôlent strictement le passage de chaque véhicule, en sont déjà largement équipés.

Dimanche, la brasserie a indiqué sur les réseaux sociaux avoir ouvert ses points de vente disposant d’un sous-sol pour s’y abriter en cas d’alerte aérienne. Mais elle ne compte surtout pas s’arrêter de produire des cocktails Molotov.

Il faut "faire tout ce que nous pouvons quand nous le pouvons pour aider à gagner cette guerre", conclut Iouri Zastavny.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.