Il refuse une offre de 40 millions d’euros pour son camping et le lègue à une fondation

C’est la belle histoire du jour. Roger Pla est gérant d’un camping dans les Pyrénées Orientiales à Canet-en-Roussillon. Sans héritier direct, il s’est vu proposer une somme de 40 millions d’euros par un fonds de pension pour racheter son établissement.

Il refuse une offre de 40 millions d’euros pour son camping et le lègue à une fondation
Plutôt que de le vendre, il a préféré le céder à une Fondation qui œuvrerait pour les enfants défavorisés et la préservation du littoral ©Tourisme Pyrénées Orientales

Mais l'argent ne fait pas le bonheur de Roger, qui a refusé cette très belle somme. Plutôt que de le vendre, il a préféré le céder à une Fondation qui œuvrerait pour les enfants défavorisés et la préservation du littoral du département, rapporte le site français actu.fr.

"C’était de ma responsabilité puisque je n’avais pas d’héritier, je devais prévoir l’avenir", raconte le propriétaire du camping à Europe 1, qui est allé à sa rencontre.

Je n’ai pas envie d’acheter des yachts ou un château en Espagne (...) Ma fortune est déjà acquise puisque j’ai ce qu’il faut pour manger tous les jours et cette garantie, je l’ai jusqu’à ma mort

"Il ne faut pas acheter une entreprise pour la faire péricliter. Moi, je suis aux manettes depuis 45 ans, je me suis demandé comment ils allaient faire pour rembourser. Mais ce n’est pas leur problème, ce sont des financiers purs. Alors que nous, ici, on place l’humain au centre de l’entreprise. C’est sans ambiguïté, on n’est pas là pour jouer au Monopoly", raconte-t-il encore à la radio privée.

40 millions d’euros de dons

Le don final à la Fondation Famille Pla, qu’il a créée lui-même, représentera 40 millions d’euros.

"J’ai 73 ans, mon quotidien est largement satisfait. Et à mon âge, je n’ai pas envie d’acheter des yachts ou un château en Espagne (...) Ma fortune est déjà acquise puisque j’ai ce qu’il faut pour manger tous les jours et cette garantie, je l’ai jusqu’à ma mort", conclut l’homme.