35 condamnations en 20 ans: il risque la déchéance à vie du permis de conduire

En vingt ans, il a collectionné 35 condamnations et en attend quatre autres. Il affirme avoir changé et promet de se tenir à carreau.

CVH
35 condamnations en 20 ans: il risque la déchéance à vie du permis de conduire
Contrôle routier ©EdA

L’avocat marchois, Me Renaud Duquesne, est descendu dans le sud de la province pour tenter l’impossible. Il est venu à Arlon pour défendre un client qui vient d’être à peine libéré de son bracelet électronique et qui doit encore être jugé au tribunal de Neufchâteau, dans les semaines à venir, pour trois autres affaires. Le prévenu collectionne 35 condamnations sur son casier judiciaire.

L'affaire du jour concerne un accident nocturne où sa voiture s'est retrouvée dans un ravin. Les policiers sont tombés sur deux épaves: une voiture ou plutôt un tas de ferraille acheté 250€, sans contrôle technique en ordre et sans assurances et un homme complètement imbibé d'alcool, sous déchéance du permis de conduire. "J'étais chez moi et je n'avais pas l'intention de faire la fête, explique le quadragénaire devant le tribunal correctionnel d'Arlon. J'ai rencontré par hasard des connaissances. On a bu quelques bières et on s'est vraiment bien plu. On a bu ensuite beaucoup de petits cocktails, c'est vrai."

Des cocktails explosifs dans des demi-pastèques

Yannick Rosart, le substitut du procureur du roi, a une autre interprétation en ce qui concerne les petits cocktails: "Ce que vous appelez des petits cocktails, ce sont des mélanges explosifs versés dans des demi-pastèques et vous en avez bu une bonne vingtaine. On vous a déjà condamné trois fois pour avoir conduit sans permis, sans assurance. Vous avez commis votre première infraction à 20 ans, vous en avez 42. Vous avez connu la prison, les peines de travail. Vous n'arrêtez pas, pour vous la normalité, c'est de violer la loi." Il requiert la confirmation du premier jugement.

"Au regard du dossier, je ne peux pas inventer l'eau chaude, entame Me Duquesne dans la plaidoirie du désespoir. Le premier juge a condamné mon client à un an de prison, à une amende qu'il ne pourra pas payer et une déchéance à vie du permis de conduire. Je vous demande la clémence d'une part pour éviter sa mort sociale, mais aussi pour m'aider à le défendre quand il se présentera au tribunal de Neufchâteau. Je dois chaque fois plaider et me battre contre des préventions lourdes qui sont aggravées par de multiples récidives. Vous pouvez lui accorder un sursis très long avec des conditions probatoires. Monsieur dit qu'il a compris, qu'il ne touchera plus à l'alcool, qu'il va se mettre résolument à la recherche d'un travail. Si ce n'est pas le cas, je ne vois pas ce que l'on pourrait faire, encore moins moi son avocat."

Avant de clore les débats, le juge Philippe Nazé a donné la parole au prévenu qui a confirmé qu'il avait changé. "Si vous ne me rendez pas mon permis, je n'ai plus de vie".

Le jugement sera rendu le 19 janvier.