VIDÉO | Un triporteur pour balader les résidents des homes

Depuis quelques mois, le GAL met à disposition des maisons de repos un vélo triporteur pour emmener les résidents en promenade.

Jean-Louis Tasiaux
VIDÉO | Un triporteur pour balader  les résidents des homes
Les deux copines du home de Seny, Guyllaine et Célestine, ont apprécié leur balade guidée par Alicia Urbany. ©Eda J-L.T.

«On ne savait vraiment pas à quoi s'attendre. Mais après coup, prendre le grand air, ça m'a boosté pour la journée…» Visiblement, Guyllaine et Célestine ne regrettent pas du tout de servir de cobaye pour cette expérience. Même s'il fait un peu frisquet en ce début d'automne, les deux amies, résidentes au home de Seny, ont apprécié cette promenade. C'est qu'il s'agit d'une promenade assez insolite de par son moyen de transport. Les deux dames sont en effet les premières pensionnaires du home à avoir testé le vélo triporteur.

C'est le GAL (groupe d'action local) Pays des Condruses qui est à l'initiative. «J'avais vu que ça se faisait à Bruxelles et même à Waremme, explique Chantal Courard, chargée du projet "bien vieillir" au sein du GAL. Mais à chaque fois, il s'agissait d'initiatives émanant de particuliers. J'ai alors eu l'idée de mettre ça en pratique pour les homes de notre région.»

Le GAL, avec l'aide de la Fondation Roi Baudoin, a alors financé l'achat d'un vélo triporteur à assistance électrique. «Car chez nous, le terrain est quand même assez vallonné, donc c'est préférable d'avoir l'aide du moteur électrique.»

Plusieurs homes ont répondu à l'appel. «On a le château d'Ochain qui a commencé en juillet de l'année dernière, détaille Chantal Courard et qui le fait maintenant régulièrement. Il y avait aussi Le Jour de mai, à Nandrin, mais je ne sais pas pour quelle raison, ils ont abandonné.» Tout bénéfice pour le home de Seny qui a pu tenter l'aventure dernièrement.

«On a le vélo triporteur à disposition durant deux semaines puis il repart à Ochain, explique Alicia Urbany, l'ergothérapeute qui suit ce projet au sein de l'institution tinlotoise. Ce n'est pas bien compliqué à manier, il faut juste prendre quelques précautions à l'embarquement des résidents et prendre en compte le fait que le rayon de braquage est beaucoup plus important que pour un vélo normal.»

Capital sympathie

En fonction de la météo et des disponibilités le triporteur arpente donc les routes du Condroz autour des deux homes. «L'autre jour on a fait une balade de près de 11 km, relate Guyllaine. On est allé jusqu'à Ochain et puis retour. On aime bien parce qu'on revoit des chemins qu'on n'avait plus vus depuis des années.»

Et sur la route, le véhicule lent jouit d’un certain capital sympathie. Avec les deux seniors assis à l’avant et le pilote qui pédale à l’arrière, le triporteur ne passe pas inaperçu. La plupart des automobilistes ralentissent, s’écartent lorsqu’ils le croisent. Certains en profitent alors pour faire un petit coucou de la main et encourager les seniors en balade.