VIDÉO | Des femmes afghanes manifestent pour conserver leurs droits: «Un courage incroyable»

Alors que la question des droits des femmes afghanes est sur toutes les lèvres depuis la prise de pouvoir des talibans, celles-ci se sont fait entendre en manifestant dans les rues de Kaboul.

VIDÉO | Des femmes afghanes manifestent pour conserver leurs droits: «Un courage incroyable»
Ces courageuses Afghanes sont descendues dans la rue pour revendiquer leurs droits. ©© Twitter

Depuis la prise de pouvoir de Kaboul par les talibans, le sort des femmes inquiète tout particulièrement la communauté internationale. Et pour cause, lors du précédent régime des talibans, ce mouvement islamiste radical avait interdit aux femmes de sortir sans un chaperon masculin et de travailler, tandis que les filles ne pouvaient pas aller à l’école. Les femmes accusées de crimes comme l’adultère étaient, elles, fouettées et lapidées à mort.

Face à la menace des talibans, les femmes afghanes ne comptent pas se laisser faire. Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, on peut voir un groupe de femmes manifester dans la rue, pancarte à la main, et tenir tête à des talibans armés jusqu’aux dents.

«Elles demandent simplement qu’on respecte leurs droits: au travail, à l’éducation, à la participation politique, ainsi que le droit de vivre dans une société sûre», a tweeté la journaliste et militante américo-iranienne Masih Alinejad.

Un acte de «courage incroyable» qui a été salué par de nombreux internautes et personnalités, comme le journaliste et militant français Hugo Clément.

L’Europe et les USA «inquiets» de la situation des femmes

L'Union européenne et les États-Unis se sont dits mercredi «profondément inquiets» de la situation des femmes en Afghanistan, appelant les talibans à éviter «toute forme de discrimination et d'abus» et à préserver leurs droits, selon une déclaration commune co-signée par 18 autres pays dont l'Australie, le Brésil, le Canada, le Sénégal, la Norvège, l'Argentine et la Nouvelle-Zélande.

«Nous appelons ceux qui occupent le pouvoir et les autorités à travers l’Afghanistan à garantir leur protection. Les femmes afghanes, comme tous les Afghans, méritent de vivre en sécurité et dans la dignité. Toute forme de discrimination et d’abus doit être évitée», insiste la déclaration.

La communauté internationale «se tient prête à assister (les femmes du pays) avec une aide humanitaire et son soutien, pour s’assurer que leurs voix soient entendues», soulignent les pays signataires.

«Nous surveillerons de près la façon dont tout futur gouvernement (à Kaboul) garantira les droits et les libertés qui sont devenues une partie inaliénable de la vie des femmes et filles en Afghanistan ces 20 dernières années», conclut le texte.

Les talibans disent avoir changé: «La burqa ne sera plus obligatoire»

Soucieux d'afficher un visage rassurant et de convaincre qu'ils ont changé, les talibans ont déclaré mardi, lors d'une conférence de presse à Kaboul, «s'engager à laisser les femmes travailler dans le respect des principes de l'islam».

Un autre porte-parole taliban, basé à Doha, a également affirmé à Sky News que le port de la burqa, un voile qui recouvre tout le corps et le visage, avec une grille en tissu au niveau des yeux, ne serait plus cette fois-ci obligatoire pour les femmes, ajoutant qu'il y avait «différents types» de voile.

Des filles retournent à l’école à Hérat, sous le régime taliban

Preuve que les talibans s’évertuent à afficher un visage plus présentable aux yeux du monde, le retour à l’école de jeunes filles dans la ville d’Hérat. Ces élèves portant des voiles blancs sur des tuniques noires se sont entassées dans une salle de classe de cette ville de l’ouest de l’Afghanistan, après la prise de pouvoir des talibans, trop heureuses de pouvoir continuer à étudier.

 Des jeunes filles ont pu retourner à l’école à Hérat, dans l’ouest de l’Afghanistan.
Des jeunes filles ont pu retourner à l’école à Hérat, dans l’ouest de l’Afghanistan. ©AFP

Les élèves se hâtent dans les couloirs et bavardent dans les cours de récréation comme si le tumulte du retour au pouvoir dimanche des talibans après deux décennies n’avait jamais existé.

La scène, que beaucoup pensaient inimaginable avec le retour des islamistes radicaux, a été filmée cette semaine à Hérat par un journaliste de l’AFP, quelques jours seulement après la prise de la ville par les talibans.

«Nous voulons progresser comme d’autres pays. Et nous espérons que les talibans maintiendront la sécurité. Nous ne voulons pas la guerre, nous voulons la paix dans notre pays», affirme l’une des élèves, Roqia.